Gérard Collomb, ancien maire de Lyon, invité à parler par Grégory Doucet à l’inauguration de la plaine d’Asie au zoo du parc de la Tête d’or. (Crédit : William Pham)

Zoo de Lyon : Grégory Doucet navigue entre héritage et nouvelle impulsion

Lundi 5 juillet, le maire de Lyon, Grégory Doucet a inauguré la plaine d'Asie, nouvel espace du zoo du parc de la Tête d'Or. Un projet qui avait été porté et mis en œuvre par la municipalité précédente. Le maire a tenté de jongler entre cet héritage et la présentation d'une nouvelle orientation pour le zoo, plus proche de ses promesses de campagne.

"Notre premier devoir est de s'assurer que les animaux puissent vivre de la meilleure façon qui soit". Dès les premiers mots de son discours d'inauguration, Grégory Doucet, maire de Lyon, installe la vision qu'il a pour le zoo du parc de la Tête d'Or. Sa priorité, c'est le bien-être animal, la défense de la biodiversité et la réintroduction. À ses côtés, il a convié Luc Mounier, le président de la chaire au bien-être à VetAgro sup, qui va suivre les conditions de vie des animaux à la plaine d'Asie.

L'écologiste veut montrer qu'il renoue avec ses promesses de campagne, en entrant en rupture avec la municipalité précédente qui mettait au premier plan l'intérêt touristique du parc. Et balayer les reproches qui lui ont été fait, par des militants animalistes qui ont manifesté à plusieurs reprises contre les conditions de vie des animaux et pour la fermeture du zoo, interpellant la majorité écologiste.

L'héritage de la majorité Collomb

Le maire écologiste qui voulait "arrêter progressivement avec les espèces sauvages", comme ses équipes le confiaient à Lyon Capitale en juin 2020, se retrouve avec un nouvel espace et de nouvelles espèces sur les bras. Le projet de la plaine d'Asie, qui arrive à son terme début juillet 2021, introduit de nouvelles espèces sauvages dans le parc : des tapirs, des oiseaux, des reptiles et cervidés. Gérard Collomb, ancien maire LREM de Lyon, était présent à l'inauguration du projet qui était le sien. Un héritage assumé par Grégory Doucet, qui a invité l'ancien édile à prendre la parole.

"Par le passé nous avons réalisé la plaine d'Afrique, et dans le mandat dernier nous avons voulu mettre en lumière une nouvelle région, l'Asie, avec ses plantes et ses animaux. Aujourd'hui, l'ensemble de notre parc est un lieu attractif pour les habitants de notre région", se félicite Gérard Collomb. Il mentionne aussi la biodiversité, la gratuité et l'attachement des visiteurs pour ce lieu, puis conclue son discours d'une anecdote sur sa fille de 14 ans qui regarde régulièrement une émission sur les zoos.

Les gibbons de la plaine d'Asie du zoo du parc de la Tête d'or. (Crédit William Pham)

Alain Giordano, ancien adjoint au maire chargé des espaces verts sous la majorité Collomb prend aussi la parole. Il invite Xavier Vaillant, directeur du zoo à se joindre à eux. "C'est prévu qu'il nous rejoigne. On a un peu organisé la séquence avant que vous arriviez !", blague Grégory Doucet. Mais l'hospitalité et le ton amusé du maire ne suffisent pas à faire oublier que l'écologiste hérite d'un projet qui n'est pas vraiment le sien.

Heureusement pour le maire écologiste, le projet de la plaine d'Asie fait la part belle au bien-être animal et à la préservation de la biodiversité. Grands espaces, loges pour permettre aux animaux de se soustraire à la vue des visiteurs, programme de réinsertion des nouveaux-nés... Grégory Doucet a pu présenter le projet sans trop s'écarter des valeurs qu'il souhaite porter pour le zoo.

Une volonté de rupture

Lors de la campagne, LREM et écologistes s'étaient fortement opposés sur la question du zoo. Les candidats LREM avaient tracté au zoo, contre les Verts, les accusant de vouloir le fermer. S'ils ne souhaitent pas fermer ce lieu, les écologistes veulent lui donner un tout autre visage. Et les promesses d'alors étaient ambitieuses : "consacrer [le zoo] au rétablissement d’animaux maltraités", privilégier "une faune qui devrait être proche [des Lyonnais] : celle des espèces domestiques (poules, vaches, moutons, chevaux, chèvres ou porcs)", "trouver avec les soigneurs des lieux pour que [les espèces sauvages] puissent finir leur vie tranquillement dans des espaces qui correspondent à leurs besoins."

Grégory Doucet a profité de l’inauguration de la plaine d’Asie pour annoncer une série de mesures pour transformer les zoo. Y figure l’esprit de ses promesses de campagne, même si toutes ne s’y retrouvent pas (encore ?). Le petit-train ne passera plus devant les enclos des animaux, "pour préserver leur tranquillité", un nouveau sens de circulation sera mis en place pour "diminuer le stress des animaux", le zoo sera végétalisé, pour offrir aux animaux une ligne d'horizon plus naturelle et plus végétale, comptent parmi les mesures mises en œuvre immédiatement.


"Les crocodiles quitteront le parc et seront réintroduits, dès cet été, dans des oueds (cours d'eau, ndlr) protégés du Maroc. Ils y seront sûrement mieux qu'ici dans leur petite maison", avance Grégory Doucet, maire de Lyon.


Le maire de Lyon a également annoncé des travaux, chiffrées à 1 millions d'euros, qui visent à "aménager la configuration et les infrastructures, pour améliorer le bien-être animal".

  • L'enclos des panthères de l'Amour va doubler de superficie avec le déplacement des gibbons à la plaine d'Asie, et des zones refuge seront créées
  • Les cercopithèques de l'Hoest verront leur espace extérieur agrandi et la création d'une zone refuge
  • Une étude a été lancée pour la création d'une volière pour les capucins à poitrine jaune, pour multiplier leur espace de vie par trente

Mais l'annonce la plus importante concerne sûrement les crocodiles. "Les crocodiles quitteront le parc et seront réintroduits, dès cet été, dans des oueds (cours d'eau, ndlr) protégés du Maroc. Ils y seront sûrement mieux qu'ici dans leur petite maison", assure Grégory Doucet. Ils seront pour l'instant les seuls à quitter le zoo. Une mesure qui n'a pas vraiment plu à Gérard Collomb. "Alors, on aura plus de crocodiles... ?", lance-t-il à Alain Giordano, tout en s'asseyant parmi l'audience de la conférence de presse.

Des dispositifs à venir, encore flous

Si des mesures très concrètes comme la réintroduction des crocodiles ont été avancées, d'autres paraissent encore vagues. C'est la cas de la création d'espaces pour des espèces locales menacées. "Après étude et à plus long terme, une prairie d'Europe pourrait voir le jour sur l'actuelle plaine des daims", avance la municipalité. "Pour la conservation d'espèces sauvages françaises, trois espèces européennes sont à l'étude", ajoute-t-elle.

"Il faut s'intéresser à nos espèces endémiques, beaucoup de nos mammifères, oiseaux, amphibiens sont en danger. Protéger et préserver la biodiversité c'est aussi s'occuper de la biodiversité endémique européenne", affirme Grégory Doucet. Un engagement qui reste pour l'instant à l'état de projet. La municipalité semble avoir donné la priorité au bien-être des animaux déjà présents dans le parc dans un premier temps. L'accueil des animaux maltraités n’est pas mentionné pour le moment, par rapport aux promesses de campagne. Quant au contact avec les animaux de ferme, la Ville semble privilégier l'installation de fermes pédagogiques à d'autres endroits de la ville.

Si la gratuité et la satisfaction des visiteurs restent une de leurs volontés, les écologistes ont pris un nouveau virage pour le zoo, plus serré sur les animaux et leur bien-être.

Lire aussi : Lyon : les Verts vont-ils fermer le zoo du parc de la Tête d'Or ?

Des militants de la cause animale manifestent pour la fermeture du zoo du Parc de la Tête d’Or

Le zoo du parc de la Tête d'or à Lyon s'agrandit avec l'ouverture de la plaine de l'Asie

 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut