Les gibbons de la plaine d’Asie du zoo du parc de la Tête d’or. (Crédit William Pham)

Le zoo du parc de la Tête d'or à Lyon s'agrandit avec l'ouverture de la plaine de l'Asie

À partir du 7 juillet après-midi, les visiteurs du zoo du parc de la Tête d'or pourront découvrir un nouvel espace : la plaine d'Asie.

Composée d'une grande zone végétalisée et de deux espaces dédiés aux animaux, la plaine d'Asie du zoo du parc de la Tête d'or va ouvrir ses portes aux visiteurs le mercredi 7 juillet après-midi. En travaux depuis septembre 2019, elle s'étend sur un espace de 4000m². Les accès au zoo seront possibles par deux portails, aux extrémités du parc aux moutons. La plaine d'Asie pourra accueillir jusqu'à 199 personnes en simultané.

Une nouvelle organisation

La nouvelle zone du zoo accueillera 80 animaux, soit 19 espèces différentes. Parmi ces espèces, certaines étaient déjà présentes au zoo, comme les gibbons, et ont été déplacées pour bénéficier de plus grands enclos. Le reste des animaux provient d'un programme d'échange et d'élevage européen mené par l'Association européenne des zoos et des aquariums. Tous sont nés en captivité, et 11 espèces sont en danger. Du côté végétal, plus de 10 000 végétaux ont été plantés, en provenance de plusieurs zones d'Asie mais aussi du jardin botanique du parc de la Tête d'or.

Un sens de visite va être mis en place au sein du zoo et de la plaine d'Asie. Des panneaux explicatifs accompagneront les visiteurs dans leur parcours. Si le zoo sera ouvert de 9h30 à 18h30, l'espace asiatique fermera à 18 heures pour permettre une "fermeture sereine" du site, explique la Ville de Lyon. La plaine d'Asie sera également fermée au public un jour par semaine pour l'entretien des enclos et les soins des animaux.

Valoriser la faune et la flore asiatique

La plaine d'Asie sera découpée en deux espaces. Une grande volière de 1770m² et de 8 mètres de haut, occupée par des oiseaux, deux tapirs et des binturongs. Une douche prévue pour rafraîchir les tapirs pourra être activée directement par ces animaux, grâce aux soigneurs qui les ont entraînés à la déclencher. Le visiteur peut évoluer dans cet espace, et être au plus près des animaux, même si les animaux bénéficient de loges pour se réfugier.

Un tapir maltais dans la plaine d'Asie du zoo du parc de la Tête d'or. (Crédit William Pham)

Une nef, adossée à cette volière, accueillera des étourneaux du Bali, éteints dans leur milieu naturel, ainsi que plusieurs espèces de reptile comme des serpents ou des tortues. L'espace est luxuriant, avec une température et humidité élevée et une végétation très verte. De grandes baies vitrées donnent à voir un espace appelé "la désolation des palmes", composée uniquement de palmiers, qui vise à alerter sur la monoculture des palmiers, dévastatrice dans certaines zone d'Asie. Des baies vitrées mais pas de danger pour les oiseaux, qui ont été habitués à leur espace grâce à des marques posées sur les vitres puis retirées.

Enfin, un enclos de 300m² est prévu pour les gibbons et les élaphodes, petit cervidés. D'une très grande hauteur, l'enclos est prévu pour permettre aux gibbons de grimper et évoluer en hauteur. Il est accessible au public par plusieurs points de vue, via des vitres qui permettent un vis-à-vis direct avec les animaux tout en leur laissant des espaces plus discrets. "Les gibbons aiment beaucoup le contact de l'homme, donc on a mis en place un système de cordes juste devant les vitres où ils viendront souvent se pendre pour observer les visiteurs", explique Gwendoline Anfray, directrice adjointe du zoo.

Des ibis dans la grande volière de la plaine d'Asie au zoo du parc de la Tête d'or. (Crédit William Pham)

Ces deux espaces sont organisés totalement différemment des autres zones du zoo. Ils permettent une immersion dans les lieux de vie des animaux, tout en leur permettant une circulation et une plus grande discrétion. Pour concilier plaisir des visiteurs et respect des animaux.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut