TOURAINE
Tim Douet

"Un amendement qui ternit l'image de la France"

Le projet de loi Besson, relatif à l'immigration a été adopté le 16 juin dernier au Sénat. Au cœur du débat, l'amendement Mariani (CL381) prévoit notamment l'interdiction d'accès aux soins pour les étrangers dès lors qu'un traitement existe dans leur pays. Des mesures, jugées inhumaines par le député PS de la 3e circonscription du Rhône Jean-Louis Touraine, intervenu à l'Assemblée Nationale le 26 mai afin de demander le retrait de cet amendement.

Lyon Capitale : Qu'est-ce que l'amendement Mariani a changé dans l'accès aux soins pour les étrangers ?

Jean-Louis Touraine  : Avec cet amendement, on est passé de la notion de traitement “accessible“ à celle de traitement “disponible“. Désormais, l'accès aux traitements sera réservé uniquement aux seuls étrangers pour lesquels le traitement n'existe pas dans le pays d'origine. La carte de séjour temporaire sera délivrée que sous cette condition. Si on prend l'exemple du Sida : les traitements antirétroviraux existent partout en Afrique mais ne sont pas accessibles à tous. Ce sont des médicaments onéreux, dont l'acheminement est parfois impossible. Les traitements récents dits de “nouvelle génération“ ne sont en outre pas présents dans ces pays.

Pourquoi suscite-t-il la polémique ?

Ces mesures sont choquantes sur bien des points. Sur le plan humanitaire, refuser l'accès aux soins va à l'encontre de l'action de la France, pays des Droits de l'Homme. Pour les médecins, l'amendement Mariani, les condamne à violer le serment d'Hippocrate, stipulant l'obligation de dispenser des soins à une personne malade. Pour les malades, le retour imposé dans le pays d'origine signe parfois leur arrêt de mort. Notre opposition à cet amendement a été traitée de façon dérisoire par certains députés de la majorité, trouvant qu'on avait une “générosité d'un autre temps“. On considère que cette mesure ternit l'image de la France. A ce titre, on l'a souvent appelée amendement “scélérat“.

L'amendement modifie également l'accès à l'Aide Médicale de L'Etat (AME).

L'AME permettait aux personnes sans titre de séjour de bénéficier gratuitement de soins sous certaines conditions (preuves d'identité, de résidence ininterrompue en France depuis au moins trois mois, et un revenu mensuel inférieur à 634 euros). L'amendement Mariani prévoit de rendre ces soins payants à raison d'une franchise annuelle de 30 euros. Il prévoit également de limiter le type de soins accordés. Cette mesure concerne 227 000 personnes, en situation précaire. Beaucoup devront donc renoncer aux soins.

Quelles seront les conséquences de son application en France ?

Certaines personnes vont renoncer aux soins par peur d'être expulsées. Le risque de contamination des maladies lourdes comme le sida, la tuberculose et les hépatites en France et à l'étranger sera accru. En Afrique, il y a un important trafic de faux médicaments. Ceux qui n'ont pas accès aux traitements classiques vont se tourner vers ces contrefaçons, totalement inefficaces. En France, les médecins ont l'obligation de déclarer les cas de pathologies graves. Les étrangers qui se sont vu refuser l'AME, seront donc fichés et risquent l'expulsion. Cela induit un climat de suspicion.

La loi précise que certaines dérogations pourront être accordées. Dans quelles conditions ?

Dans certains cas, le préfet avec l'accord du directeur de l'Agence Régionale de Santé (ARS) pourront autoriser l'accès aux soins. Or ce ne sont pas des médecins, ils ne peuvent en aucun cas juger de l'état de santé des personnes concernées. Les conditions d'application de ces cas de figure exceptionnels sont encore floues. Cet amendement suppose que le dossier médical du patient soit transmis à ces autorités, ce qui revient à violer le secret médical.

Pour quelle(s) raison(s) cet amendement a t-il été créé selon vous ?

On nous a expliqué que cette mesure permettrait de réduire le coût des soins Mais en réalité, on va augmenter les dépenses car une maladie non traitée évolue. La vrai raison est politique. Il y a clairement la volonté de satisfaire la frange xénophobe de la droite, qui se satisfait du renvoi des étrangers.

à lire également
Cette pâte à malaxer élastique et gluante est très prisée des enfants et des adolescents. A l’approche de Noël, les autorités dénoncent à nouveau la toxicité du produit qui pourrait provoquer de graves lésions.
4 commentaires
  1. stivostine69 - 24 juin 2011

    Mr Touraine, un peu de réalisme. Quand on expérimente le systeme de santé français, on constate tout les jours que la médecine est a 2 vitesses. D'un coté ceux qui ont le moyen, et obtiennent des rdv rapidement en acceptant de payer les suppléments, et ceux qui ne peuvent pas, ceux qui font meme l'impasse sur certains soins.Evidemment, il est très facile de faire le démagogue avec l'argent des travailleurs, mais en plus se placer sur le plan morale en parlant de xenophobie, ce n'est pas très morale finalement. Les travailleurs ne votent plus pour votre parti d'ailleurs, car ils ont bien compris que vous defendiez avant tout ... vos propres interets.

  2. willycat - 25 juin 2011

    Rappelons que sur l'AME, l'UMP est en train de pomper intégralement le programme du Front National.

  3. Daemon - 25 juin 2011

    Cher Monsieur Touraine , vous ne trompez personne avec cette compassion de circonstance un peu tardive ..http://daemon.typepad.fr/daemonlyonfr/2011/06/ps-lyon-jean-louis-touraineps-a-du-retard-%C3%A0-lallumage-et-fait-du-compassionnel-de-circonstance.html

  4. RUOURS - 27 juin 2011

    C'est un excellent amendedement, par contre la France ayant formé dans ses écoles des médecins spécialisés, originaire de ses pays elle devrait former des équipes volontaires médicaux qui iraient avec les médicaments nécessaires soigner, prévenir, former accompagner les médecins démunis sur place et c'est en apportant notre soutien sur place que nous respecterons ces êtres humains. Ce n'est pas en multipliant l'assistanat en France que nous aidons ses populations.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut