Explosion à Lyon (photo Antoine Merlet)

Tout savoir sur l'explosion du colis piégé rue Victor Hugo, à Lyon

Un colis piégé contenant des boulons a explosé ce vendredi 24 mai dans une rue piétonne du 2e arrondissement de Lyon vers 17h30, faisant au moins 13 blessés légers. Un appel à témoin a été diffusé pour tenter de retrouver "l'auteur de l'attentat", repéré par les caméras de vidéosurveillance.

Les autorités évoquent un attentat pour qualifier l'explosion survenue en plein coeur de Lyon ce vendredi 24 mai. A 17h28 et 39 secondes, un colis piégé a explosé au niveau 15, rue Victor Hugo, dans le 2e arrondissement. Une explosion assez faible mais qui a fait volé en éclat la vitrine du magasin "La Brioche dorée" situé à proximité immédiate (lire ici). Au moins 13 personnes ont été blessées, par des éclats de verre notamment. Des blessures légères au niveau du bas du corps. Certaines ont été transférés vers des hôpitaux lyonnais, d'autres ont pu rentrer chez elles. Deux petites filles scolarisées à l'école Michelet et à l'école du Sacré Coeur ont été touchées.

Colis piégé

Le colis piégé contenait des piles, vis et autres boulons, pour maximiser les dégâts. Il a été déposé quelques minutes plus tôt par un homme à vélo au visage masqué par un foulard, les yeux dissimulés derrières des lunettes de soleil. Il a été repéré par les caméras de vidéosurveillance. Son portrait a été diffusé dans le cadre de l'appel à témoin pour retrouver "l'auteur de l'attentat" (lire ici). Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz a précisé que le suspect avait été repéré quai Claude Bernard, se dirigeant vers la place Bellecour par le pont de la Guillotière, sur son vélo, avant de descendre la rue Victor Hugo en le poussant à la main (lire ici). Rémy Heitz a assuré ce samedi matin que l'acte n'a pas été revendiqué.

Le parquet anti-terroriste saisi

Les bandes des caméras sont exploitées par la section anti-terroriste du parquet de Paris, qui s'est saisie de l'affaire (lire ici), après que la PJ de Lyon avait commencé les investigations. Une enquête pour associations de malfaiteurs terroristes a été ouverte, comme l'a annoncé la ministre de la Justice, Nicole Belloubet. Une cellule psychologique a été mise en place. Contrairement à ce qui a été annoncé sur les réseaux sociaux et repris par certains de nos confrères, il n'y a pas eu de seconde explosions dans le quartier de Vaise (9e arrondissement) (lire ici).

Démineurs, police scientifique et périmètre de sécurité

Un périmètre de sécurité a rapidement été établi, sur les rues Victor Hugo et ses parallèles, ainsi que la rue Sala et ses parallèles. Il a été élargi pour l'arrivée du ministre de l'Intérieur et le déploiement important des experts de la police judiciaire et scientifique. La station de métro Bellecour a été fermée, et la circulation des métros A et D perturbée. De nombreux effectifs des forces de l'ordre étaient dépêchés sur les lieux. Plusieurs compagnies de CRS sécurisaient le secteur, pour permettre notamment aux agents de la police scientifique et technique d'effectuer les premiers relevés. Ils ont pu conclure que l'engin explosif ne comportait pas de substance toxique. Des démineurs étaient également présents sur place. Le périmètre de sécurité a été levé dans la nuit (lire ici). Le concert d'Ed Sheeran au Parc OL a bien été assuré (lire ici). Le doute plane toujours quant à la tenue des manifestations prévues ce samedi (lire ici).

Castaner et les snipers

A 20h30, nous croisons un homme avec un gilet CRS armé d'un fusil à lunette. Des snipers sont bien présents pour assurer la sécurité du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur les lieux. Il a salué les forces de l'ordre et les pompiers. Pas de communication officielle en revanche. Le président de la République, Emmanuel Macron, a adressé son soutien au personnes touchées par l'explosion.

Collomb au Japon

Plus tôt dans la soirée, le président de la Métropole, David Kimelfeld, l'adjoint à la Sécurité du conseil municipal, Jean-Yves Sécheresse, les maire du 2e arrondissement, Denis Broliquier, ainsi que l'élu régional, et candidat à la mairie de Lyon, Etienne Blanc, se sont rendus sur place rapidement. Tout comme le préfet, Pascal Mailhos, et le procureur de la République, Nicolas Jacquet. Gérard Collomb, le maire de Lyon, doit s'exprimer ce samedi matin, à son retour de voyage officiel au Japon. De nombreux messages de soutiens aux victimes et aux Lyonnais ont été adressés par les responsables politiques, et les candidats aux élections européennes, dont certains se trouvaient en meeting. Ces réactions sont à retrouver dans le live tenu par Lyon Capitale pour vous accompagner toute la soirée vendredi (lire ici).

Mise à jour 16h45 : Un profil ADN a été isolé et une infime quantité de TATP retrouvée sur les lieux de l'explosion (lire ici)

Explosion à Lyon  : comment s'organise la traque du suspect  ?

2 commentaires
  1. JANUS - 25 mai 2019

    Pour ceux qui pensait que Lyon, capitale de la Province, était plus tranquille que Paris. Le cycliste semblerait venir de la Guillotière, autant dire de la porte de la Chapelle à Lyo. Jupiter à bientôt !

    1. Abolition_de_la_monnaie - 25 mai 2019

      Ha ben voilà, maintenant ça va être de la faute des cyclistes ! 😀
      Vous dites "l'automobiliste" lorsque des criminels de ce type utilisent une voiture pour se déplacer ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut