Guy Poulain
L’Autre Direct

"Tout est décidé par une entité supranationale : le Parlement européen"

À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, Guy Poulain, le représentant dans le Rhône de Jacques Cheminade est venu dans l’Autre Direct.

Lyon Capitale : Quelle est la ligne politique de Jacques Cheminade ? Comment le placer sur le spectre politique ?

Guy Poulain : Jacques Cheminade est un gaulliste de gauche. C’est une forme de gaullisme sur le plan international et des mesures qui relèvent d’une gauche réelle qui défend les intérêts des citoyens, de la démocratie et de la justice. Sur le plan international, c’est reprendre le principe qu'avait mis en place De Gaulle : ne pas s’isoler, développer des partenariats avec des pays pour des projets d’intérêts mutuels.

Mais aujourd’hui, quand on pense à l’Union européenne, la France a des partenariats, la France n’est pas isolée. Et pourtant, vous dites que l’Europe est le pire des maux français.

Absolument. Le constat de départ, c’est qu’il y a une oligarchie financière mondiale qui nous impose sa perception des choses, qui s’occupe du profit spéculatif à court terme. Elle est destructrice de tout ce qui est social.

Votre ennemi à vous, c’est la finance. Vous dites vouloir “sortir de cette société financière”, comment faire concrètement ?

Pour les banques, il est impératif de faire une sorte de Glass-Steagall à la française. C’est-à-dire de séparer les banques en deux catégories. D’un côté, les banques de dépôts et de crédit qui servent à l’économie et l’investissement. Et de l’autre côté les banques spéculatives. (...) Si on les garde, elles prennent des risques.

Retrouvez ci-dessous l'intégralité de cet entretien :

 

à lire également
Jean-Marie Girier (au premier plan) arrivant à l’Elysée avec Arnaud Leroy, Sibeth Ndiaye, Benjamin Griveaux, Richard Ferrand et Julien Denormandie, le 14 mai 2017 © Stéphane de Sakutin / AFP
Ce n’est finalement pas sur les ristournes d’Olivier Ginon à En Marche que la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron se judiciarise, mais sur une affaire lyonnaise. L’opposition LR suspecte les collectivités présidées par Gérard Collomb d’avoir apporté un soutien illégal au futur président de la République pendant la campagne électorale. La justice veut désormais savoir si ces activités, exercées dans ce qui est habituellement un angle mort de la Commission des comptes de campagne et des magistrats, sont répréhensibles.
1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 20 avril 2017

    . La monnaie sera toujours à la fois un outil d'échange, à la fois un outil d'exclusion. Par conséquent l'utilisation de monnaie nous interdira toujours de vivre en paix et sereinement. Il faudra toujours aller piquer le chiffre d'affaire du voisin pour avoir le droit de vivre, avec ou sans 'oligarchie financière', avec ou sans 'séparation des établissements financiers'. . Passons à la suite :o)

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut