La joueuse de tennis lyonnaise Caroline Garcia en 2022 / (Photo by Philip FONG / AFP)
Article payant

Tennis - Caroline Garcia : les dessous d’un retour gagnant

À force de travail et d’abnégation, la Lyonnaise Caroline Garcia a réalisé une année 2022 exceptionnelle, qui se poursuivra en 2023 avec notamment l’Open 6e Sens de Lyon, dont elle est l’ambassadrice.


Muriel Merolle n’est pas du genre à réécrire l’histoire. À l’heure d’évoquer les débuts de Caroline Garcia, elle fait preuve d’une grande franchise. “Personne n’a décelé que ça allait être une future championne, avoue sans sourciller la première coach de Caroline Garcia, alors âgée de 9 ans à l’Asul Villeurbanne. Elle avait des qualités certaines, de motricité, de coordination, des qualités physiques d’une petite fille sportive, mais c’était impossible de donner un tel pronostic vingt ans après.” Seulement 79e mondiale en juin dernier, Caroline Garcia a vécu une année 2022 impressionnante qui l’a notamment vu atteindre les demi-finales de l’US Open et décrocher le WTA 1000 de Cincinnati. “J’ai pleuré de douleurs, de tristesse et de joie en onze mois. Mais j’ai tellement appris sur moi en tant que joueuse et comme personne. J’ai plusieurs fois été envahie par des doutes, me suis laissée submerger par le négatif, j’ai questionné l’univers, me suis dit que peut-être ma chance était passée, que je n’y arriverais plus jamais… J’ai fait des nuits blanches, des crises de boulimie, j’ai pleuré dans ma chambre d’hôtel, j’ai pleuré sur des courts de tennis, j’ai été en béquilles, j’ai juré, j’ai réappris à marcher, j’ai galéré à me chausser, j’ai souffert physiquement et mentalement. Mais j’ai aussi appris de chaque instant, chaque difficulté”, a-t-elle écrit dans une lettre. L’abnégation, une donnée importante pour analyser la réussite sportive de Caroline Garcia.

Il vous reste 78 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut