Capture d’écran 2013-01-09 à 12.47.09

St-Fons : la police affronte une trentaine de Roms

A la suite du caillassage de leur véhicule, les policiers sont intervenus dans un campement rom. Ils ont dû employer du gaz lacrymogène.

Une opération de police d'envergure a été menée à Saint-Fons ce mardi 8 janvier, sur le campement de Roms. Il s'agissait d'identifier les auteurs de jets de projectiles réalisés sur une patrouille un peu plus tôt dans la journée. Lors de cette action, les policiers et une trentaine d'individus se sont opposés entre 18h30 et 19h30. Une enquête est en cours.

Au départ, des jets de pierres

Que s'est-il réellement passé ? A l'origine de ces heurts entre fonctionnaires et roms, un équipage de police qui patrouillait sur le boulevard Sampaix à Saint-Fons a été victime de jets de projectiles. La vitre arrière du véhicule a été brisée et un objet a alors atteint le chauffeur. "Des gamins jetaient des cailloux", selon un militant associatif qui a obtenu le témoignage des Roms. Le commissaire de Vénissieux, Pierre Labalme ne connaît pas l'identité de la personne qui a lancé la pierre. "Ca m'étonnerait que ce soit un enfant, le caillou était très gros et a réussi à briser une vitre spécialement protégée pour éviter ce type de chose", explique-t-il.

Gaz lacrymogène employé

Les fonctionnaires ont alors décidé d'intervenir en force pour retrouver les auteurs ; une opération d'envergure menée par 18 policiers accompagnés de plusieurs chiens. "Mais notre progression a été arrêtée par une vingtaine d'individus qui ont encerclé les forces de l'ordre, raconte le commissaire. Ils ont dû faire usage de gaz lacrymogène". Les personnes se sont ensuite dispersées et elles se sont réfugiées dans des cabanes du campement.

C'est à ce moment-là que les témoignages divergent. Selon les roms, les vitres des masures ont été brisées par la police, qui aurait également lancé du gaz sur des enfants. "C'est faux", réfute le commissaire "nous n'avons pas fouillé les cabanes". Les agents de la paix sont repartis sans avoir effectué de contrôles d'identités. Il n'y a pas eu de blessé. Une enquête devra déterminer qui est l'auteur du jet de pierre sur l'équipage de police.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut