accident

Sécurité routière : la Haute-Loire très touchée par les décès

Au premier juillet, la vitesse maximale autorisée sur certaines routes départementales et nationales passera de 90 à 80 km/h. Si la décision n’a pas manqué de faire réagir les usagers de la route qui s’insurgent de cette baisse, la Sécurité Routière a publié un rapport qui conforte le projet des 80 km/h. Les chiffres régionaux confortent également la baisse de vitesse réglementaire.

55 % des tués sur les routes le sont sur seulement 20 % des routes "bidirectionnelles", sans séparateur de voies. Ces données récoltées sur la période 2012-2016 confirment que les accidents mortels ont plus lieu sur des routes départementales et nationales que sur les routes locales. Sans surprise, ce sont les jeunes qui sont le plus concernés par les décès. Sur les 9 579 personnes qui ont perdu la vie entre 2012 et 2016, 20 % avaient entre 18 et 24 ans. Les 25-34 représentent les autres plus touchés avec 18 % des décès. Le facteur principal des décès ? La vitesse. Ainsi le rapport conforte le projet qui vise à baisser la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur les routes les plus dangereuses, malgré la colère des automobilistes et des motards. Selon une première estimation de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, le nombre de morts sur les routes au cours de l’année 2017 serait légèrement inférieur à celui de l’année 2016.

En région, quelques départements très touchés par les décès sur les routes bidirectionnelles

Plusieurs départements de la région sont comptés parmi les 30 départements de France métropolitaine où le nombre de morts sur des routes bidirectionnelles est le plus importants. La Haute-Loire est le 5 e département où les décès sont le plus importants sur ces routes avec 78 % de la totalité des morts. Vient ensuite le Cantal en 7 e où 76 % de tués sont décédés sur des routes sans séparateurs et l’Ardèche qui se place 11 e département des morts les plus nombreuses sur les routes bidirectionnelles avec 72 % des décès qui ont eu lieu sur ses routes.

Pour les autres départements, les taux, toujours trop élevés, rejoignent la moyenne nationale :

Ain : 143 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 66 % des décès du département

Allier : 97 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 66 % des décès du département

Ardèche : 86 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 72 % des décès du département

Cantal : 42 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 76 % des décès du département

Drôme : 121 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 61 % des décès du département

Isère : 166 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 52 % des décès du département

Loire : 92 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 54 % des décès du département

Haute-Loire : 74 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 78 % des décès du département

Puy-de-Dôme : 94 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 51 % des décès du département

Rhône : 83 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 31 % des décès du département

Savoie : 91 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 67 % des décès du département

Haute-Savoie : 124 tués sur les routes bidirectionnelles, soit 58 % des décès du département

à lire également
Wauquiez
Laurent Wauquiez s'est réuni avec plusieurs représentants des départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour présenter ses griefs contre la limitation de vitesse à 80km/h. L'occasion pour le président du parti Les Républicains de s'en prendre à nouveau à un gouvernement "coupé du terrain".
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut