Grégory Doucet
Grégory Doucet, le maire de Lyon © Antoine Merlet

Se représenter en 2026 à Lyon, "une évidence" pour Grégory Doucet

Le maire de Lyon a confirmé mercredi 4 janvier sa volonté de briguer un second mandat en 2026. "Une évidence", à l’entendre, tant le travail à mener pour transformer Lyon nécessite du temps. 

Avant même de dresser son bilan de mi-mandat, même s’il s’essaye déjà à l’exercice ici et là ces derniers jours, le maire de Lyon se projette déjà vers 2026 et les prochaines élections municipales. Ce mercredi 4 janvier, à l’occasion de ses vœux à la presse, Grégory Doucet a confirmé son intention de briguer un second mandat de maire de Lyon, 15 jours après avoir évoqué une première fois le sujet lors d’un entretien accordé au journal Le Monde. 

Lire aussi : "Bien sûr, en 2026 je candidate à nouveau à la mairie de Lyon", assure Grégory Doucet

Un plan sur deux mandats

"C’est une évidence pour moi, ce n’est pas une annonce", s’est contenté de commenter l’élu écologiste devant les nombreux journalistes présents. Un détachement qu’il justifie par le fait qu’un "certain nombre de chantiers vont nécessairement s’étaler sur plusieurs mandats". Des chantiers, qui, globalement, tendent tous vers la transition énergétique de Lyon ou plus généralement l’objectif de neutralité carbone que souhaite atteindre l’exécutif d’ici 2030. 


"Il faudra effectivement deux mandats au moins pour arriver à intervenir de manière satisfaisante sur le patrimoine", Grégory Doucet, maire de Lyon


"Au total 400 millions d’euros de la PPI (Plan Pluriannuel d’investissement) sont fléchés sur l’efficacité énergétique. Ce sont des écoles, des équipements sportifs, les bâtiments de la ville… Ça dit quelque chose du nécessaire investissement sur le patrimoine de la ville, mais ce n’est pas suffisant. Il faudra effectivement deux mandats au moins pour arriver à intervenir de manière satisfaisante sur le patrimoine", justifie Grégory Doucet. En cause, "une dette patrimoniale d’ampleur" laissée selon lui par les précédentes majorités. 

Faire de Lyon un exemple européen

Aperçu ces derniers mois à Kiev, à Barcelone, à Milan ou encore sur les plateaux de télévision et radio à Paris, arrivé à la moitié de son mandat le maire de Lyon n’aurait-il pas tout de même des aspirations plus nationales ? À l’en croire, non.  "Il m’importe de pouvoir porter un certain nombre de sujets européens et nationaux" confirme l’édile, "maintenant est-ce que je le ferais plus dans une deuxième partie de mandat ? Ne vous attendez pas à me voir sur tous les plateaux télé et radio nationaux à Paris, là où j’ai envie d’agir c’est à Lyon. On s’occupe d’abord de Lyon". 


"Faire de Lyon une ville inspirante pour d’autres territoires, pour montrer que la neutralité carbone c’est une trajectoire qui vaut la peine d’être suivie"Grégory Doucet, maire de Lyon


Pour autant, Grégory Doucet ne cache pas son ambition de faire de Lyon un exemple. "L’une des ambitions que je nourris au travers de notre engagement vers la neutralité climatique en 2030 c’est de faire de Lyon une ville inspirante pour d’autres villes et d’autres territoires, pour montrer que la neutralité carbone c’est une trajectoire qui vaut la peine d’être suivie et que l’on peut avancer vite et de manière concrète sur le sujet", confie le chef de l’exécutif local. 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut