Façade du Palais de l'Université
Université Jean Moulin Lyon 3. Façade du Palais de l’Université, 15 quai Claude Bernard © David Venier

Recours contre l'université Jean Moulin Lyon 3 : syndicats et doyens font blocs

Syndicats et doyens de l'université Jean Moulin Lyon 3 ont rédigé deux communiqués s'indignant du recours engagé par un syndicat étudiant contre l'utilisation, par l'institution, de fonds abondés par les étudiants.

Article mis à jour le 7 juin : Un étudiant de l'université a bien été condamné en première instance, puis en appel par un jugement du 16 mai 2024, pour diffamation envers une professeure de l'université Lyon 3. Il est par ailleurs élu au conseil d'administration de l'institution sur la liste "La Force" - dont l'association est à l'origine du recours - et en est, selon plusieurs membres de l'université, le fondateur. Il semble par ailleurs qu'il en est été le leader au moment de la publication des propos jugés diffamatoires par la justice, néanmoins, "La Force" était au moment des faits, un collectif, non déclaré en tant qu'association. "Un collectif n'a pas de fondateur", défend aujourd'hui auprès de Lyon Capitale un membre de l'association qui précise que cette condamnation ne concerne que l'individu en question et non "La Force".

Article initial paru le 5 juin : "Une volonté claire de jeter l'opprobre sur l'université et ses personnels." Dans un communiqué de presse, les représentants du personnels des syndicats de l'université Lyon 3 Jean Moulin réagissent au recours en justice annoncé lundi 3 juin par le syndicat étudiant La Force qui accuse la présidence d'avoir utilisé 1 130 683 € issus de la Contribution de vie étudiante et de campus, "de manière totalement illégale"

Lire aussi : L'université Jean Moulin Lyon 3 visée par un recours en justice d'un syndicat étudiant

"Nous condamnons l'instrumentalisation mensongère de la situation"
Doyens et directeurs de l'université Lyon 3
Tweet

"Nous nous élevons fermement contre les propos de nature diffamatoire tenus par quelque personnel ou représentant du personnel que ce soit", indiquent les syndicats. Un communiqué auquel s'est ajouté un mail signé par les doyens et directeurs de l'université remerciant l'ex-président Eric Carpano qui a présenté sa démission ce lundi pour des "raisons personnelles", tout en regrettant sa décision. Et d'ajouter : "Nous condamnons l'instrumentalisation mensongère de la situation par quelques individus malveillants qui portent atteinte à l'image de notre université." Une source au sein de l'université évoquent néanmoins une gêne autour de cette prise de position qui n'avait notamment pas été relayée par le doyen de la faculté de langue, pourtant signataire, à midi. Selon l'université Lyon 3, le communiqué a néanmoins bien été relayé par la faculté de langue dans la matinée.

Dans leur communiqué de presse, les syndicats assurent que "l'un des dirigeants d'une association étudiante a été lourdement condamné en appel au pénal pour diffamation envers un agent de l'établissement". Une allégation "parfaitement diffamatoire", rétorque le président du syndicat La Force auprès de Lyon Capitale. Et de préciser : "Un élu étudiant a été condamné, il n'a aucune responsabilité dans l'association La Force, n'a jamais été membre et a été condamné en tant que directeur de publication de propos daté antérieurement à la création de l'association le 15 mai 2023."

Lire aussi : Lyon : le président de l'université Jean Moulin démissionne

"Les communiqués ne parlent pas du fond, mais que de la forme"

Pour rappel, le syndicat étudiant La Force reproche notamment à l'université de n'avoir élaboré aucune programmation de l'usage de la CVEC, financée à hauteur de 100 € par étudiant (hors boursiers etc.), comme la loi l'y oblige. Sollicitée, l'université Jean Moulin assure dans une réponse écrite que le bilan 2023 de la CVEC "a été présenté, discuté, puis a fait l'objet d'un vote à l'unanimité de la commission de la formation et de la vie universitaire, y compris donc par les représentants de la Force qui intentent aujourd'hui un recours". Le syndicat assure de son côté que son élu a bien voté contre cette délibération.

Selon son président Naïl Klioua, "le bilan n'est là que pour acter ce qui a été engagé". Il assure ainsi que les dépenses ont été engagées sans vote préalable pour approuver leur utilisation. "En 2023, seulement un tiers des crédits ont été engagés suite à un vote des instances, soit seulement 423 139 € de dépenses sur les 1 558 734 € de crédits CVEC reçus par Lyon 3", expliquait La Force dans un communiqué diffusé lundi. "Je me permets de relever que les communiqués ne parlent pas du fond, mais que de la forme", indique le président de La Force et de conclure : "Les propos sont diffamatoires. Nous sommes choqués de la violence des attaques et menaces."

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut