Béatrice de Montille, conseillère municipale LR

Primaire LR : "Éric Ciotti remet sa confiance en Valérie Pécresse, faisons la même chose", Béatrice de Montille, conseillère municipale LR à Lyon

Arrivé en tête au premier tour du congrès des Républicains avec 25,5% des voix, Éric Ciotti s'est finalement incliné face à Valérie Pécresse samedi 4 décembre. Béatrice de Montille, séduite par Éric Ciotti pendant les débats, appelle maintenant au rassemblement.

Le parti Les Républicains a choisi son candidat. Et c'est une candidate : Valérie Pécresse, première femme à porter le parti pour une présidentielle. La présidente de la région Île-de-France s'est imposée avec près de 61% des voix. Béatrice de Montille, conseillère municipale à Lyon, d'abord en retrait du Congrès, a ensuite soutenu Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, pendant les débats avant le premier tour.

Béatrice de Montille appelle maintenant à une unité derrière Valérie Pécresse, comme l'a fait son candidat après l'annonce des résultats. "Évidemment j'aurai préféré qu'Éric Ciotti soit vainqueur, mais c'était déjà une belle surprise qu'il soit premier au premier tour. Je pense qu’il faut qu’on soit extrêmement soudés. Éric Ciotti remet sa confiance en Valérie Pécresse, faisons la même chose. Si nous sommes unis, nous pourrons gagner cette présidentielle en avril prochain", souhaite-t-elle. 

La conseillère municipale revient sur les positions qui lui ont plus chez le candidat et qu'elle souhaite voir porter par le parti. "Éric Ciotti a fait une magnifique campagne, il a été courageux et très clair. Il a affirmé son attachement à une France qui ne veut pas voir disparaître. Il y a tellement de sujets à travailler pour que notre pays reste fier de ses racines, de son histoire", souligne l'élue locale. Pour elle Éric Ciotti était le candidat d'une "droite assumée". Le candidat n'avait en effet pas hésiter à flirter avec les thèmes que l'on classent habituellement à l'extrême-droite, entre identité nationale, ordre et immigration.

Un report des voix d'Éric Ciotti vers l'extrême-droite ?

Valérie Pécresse va alors devoir naviguer entre l'extrême-droite d'Éric Zemmour, ou de Marine Le Pen, et une droite plus au centre incarnée par Emmanuel Macron. Et des adhérents LR, séduits par les discours d'Éric Ciotti pourraient aller lorgner à l'extrême-droite.

"Il y a sans doute un risque mais j’ai envie de répondre à ces gens là que Valérie Pécresse est à la tête d’une équipe et que dans cette équipe, il y a des gens proches de ces sensibilités qui sont les nôtres. Je crois en l’expérience politique, en la compétence des Républicains. Je suis pas du tout tentée par Eric Zemmour, j’entends ceux qui le sont et il faut aller les rechercher, il faut un gros travail pour reconvaincre", analyse la conseillère municipale. Derrière

Aussi candidate aux législatives dans la 3e circonscription de Lyon, Béatrice de Montille souhaite maintenant se concentrer sur sa campagne mais pourrait jouer un rôle "très volontiers" pour les présidentielles, si cela lui était demandé.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut