L’ancien grenier d’abondance, au bord des quais de Saône © William Pham
Article payant

Patrimoine à Lyon : les joyaux méconnus du XVIIIe siècle

À l'occasion des Journées du Patrimoine du 18 et 19 septembre, nous vous proposons de redécouvrir les joyaux parfois ignorés de l'architecture lyonnaise du XVIIIe siècle.

À cette époque, la ville de Lyon est une grande capitale provinciale dont le visage contemporain commence à se dessiner. Maisons bourgeoises et hôtels particuliers voient le jour. Soufflot remanie la Loge du Change, dote l’Hôtel-Dieu de son grand dôme et d’une monumentale façade sur le Rhône. Plus discrets, les vestiges de l’académie d’équitation de Bourgelat, le grenier d’abondance ou encore quelques très beaux escaliers méconnus témoignent également de cette époque.

Comme le reste du royaume, Lyon connaît au XVIIIe siècle une forte croissance urbaine. Deuxième ville de France et l’une des plus grandes villes d’Europe, elle compte, dans les années 1760-1780, environ 130 000 habitants. La Fabrique lyonnaise connaît elle aussi une période de forte croissance dans la première partie du XVIIIe siècle : Lyon devient l’atelier du luxe français.

Il vous reste 92 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut