Viande abattoir

Michel Delpuech va renforcer les contrôles dans les abattoirs du Rhône

Le préfet de région a annoncé un renforcement des contrôles inopinés dans les abattoirs du département, conformément aux instructions du ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

Après les révélations récentes de l'association L214 à propos des conditions d’abattage des animaux dans certains abattoirs, le préfet Michel Delpuech a réagi en demandant à la direction départementale de protection de la population (DDPP) de "réaliser des contrôles en protection animale supplémentaires à ceux réalisés régulièrement sur chacun de ces abattoirs”. “Ces contrôles seront inopinés et concerneront toutes les étapes du processus, depuis le déchargement des animaux jusqu’à leur abattage", prévient la préfecture.

Dans le Rhône, les deux principaux abattoirs sont Cibeval à Corbas et Secat à Saint-Romain-de-Popey. Pour le Rhône, la DDPP précise qu’“à ce jour aucun manquement à la législation n’a été mis en évidence dans les abattoirs inspectés".

“Ces contrôles se rajoutent aux constats quotidiens effectués par les agents”

Les contrôles porteront sur la compétence du personnel, la conformité des matériels utilisés, leur bon état d’entretien, le respect des règles de manipulation des animaux vivants, des conditions d’abattage et de préparation des animaux. "L’application par l’abatteur de son plan de maîtrise sanitaire incluant les procédures visant à respecter la protection animale et la désignation d’un référent protection animale est également vérifiée", a précisé le préfet.

"Ces contrôles se rajoutent aux constats quotidiens effectués par les agents positionnés dans les abattoirs, aux contrôles réguliers donnant lieu à échange avec les abatteurs (documents de liaison et réunions de travail) et aux inspections "protection animale" programmées chaque année, pour les deux abattoirs permanents d’animaux de boucherie exploités dans le Rhône", explique Michel Delpuech. L’équipe d’inspection pour ces deux abattoirs est composée de sept techniciens et de deux vétérinaires. Un inspecteur vétérinaire au siège de la DDPP coordonne ces équipes.

2 commentaires
  1. FEFI - jeu 7 Avr 16 à 4 h 41

    Et que disent les carottes, arrachées de la terre, fannes tordues, écorchées vives et croquées toutes crues, hein?

  2. Kasneh - jeu 7 Avr 16 à 9 h 44

    Ces contrôles ne doivent pas oubliés les abattoirs rituels où les animaux ne sont même pas étourdis avant d'être égorgés.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut