@Jean-Luc Bertini // Flammarion
Article payant

Marc Trevidic : "On ne peut pas lutter contre l'islam radical si on continue à asseoir la puissance de ceux qui la propagent"

Marc Trevidic, ancien juge d'instruction au pôle antiterroriste spécialiste des filières islamistes publie Le Roman du terrorisme, un livre étonnant et captivant sur la méthode terroriste, d'une rationalité glaçante et d'une ironie mordante.

Lyon Capitale : Vous avez choisi de faire du terrorisme le narrateur même du livre, écrit à la première personne. Pourquoi avoir choisi ce parti pris assez désarçonnant ?  

Marc Trédivic : Je cherchais une façon de parler de l'histoire du terrorisme sans que ce soit trop linéaire, que ça fasse trop livre d'histoire. Je voulais quelque chose d'un peu épique dans lequel le terrorisme soit véritablement le personnage principal. La première personne du singulier permet d’être plus flexible dans la narration : le terrorisme est ici vu comme un être à part entière, de chair et de sang, qu'on suit de son enfance à l'âge adulte, avec l'éducation qu'il a reçu, les rencontres qu'il fait, la façon dont il se construit. Je fais des comparaisons entre le passé et le présent. Mais c'est un exercice un brin casse-gueule que de se mettre dans la tête du terrorisme : il faut être vigilant à ne pas faire l’apologie du terrorisme, tout en le montrant tel qu'il est, suffisamment cynique et intelligent.

Vous expliquez que ce livre contient ce que vous avez de plus essentiel à dire sur le terrorisme...

C'est un livre de fond qui traite du terrorisme par rapport à la guerre, des réactions des démocraties, etc. Jusqu'à présent, j'avais écrit Au cœur de l'antiterrorisme, un essai sur le fonctionnement des services anti-terroristes et Terroristes, les 7 piliers de la déraison, dans lequel je montrais qui étaient les terroristes, comment ils progressaient de manière insidieuse vers la déraison et le jihad individuel. Mais je n'avais jamais parlé du terrorisme en tant que phénomène politique, géopolitique, comme arme et comme méthode. Si j'avais fait une trilogie, ce serait le troisième tome.

Il vous reste 93 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut