Lyon : un nouvel an chinois moins spectaculaire

Les festivités auront été moins fastueuses cette année, état d’urgence oblige. La communauté chinoise de Lyon a néanmoins célébré l’année du singe, avec sa traditionnelle danse des lions dans le quartier de la Guillotière.

Nouvel an chinois

Clémence Cluzel
La danse des lions devant un restaurant de la rue Passet

Cette année, pas de pétards pour célébrer la nouvelle année du calendrier chinois. “Il y a moins de monde que les années passées”, constate Robert, propriétaire d’un restaurant rue Passet. La cause ? L’annulation par l’Association des chinois d’outre-mer (Acom) des traditionnelles festivités, suite aux attentats qui ont frappé Paris en novembre dernier et à l’instauration de l’état d’urgence.

La danse du lion maintenue

Malgré tout, la mythique danse des lions a bien eu lieu. Les enfants attendaient les fameux lions avec impatience et, à l’image de Théo, voulaient une photo avec ces stars de la journée. Elément essentiel de la manifestation, la parade, qui a mis du temps à démarrer, a sillonné le quartier chinois de la Guillotière, au son des tambours et cymbales.

“Les lions rentrent dans chaque commerce pour en chasser le mauvais œil et qu’on puisse débuter l’année sous de bons auspices. Les lions doivent attraper un bouquet de salade ainsi qu’une enveloppe rouge, accrochés tel notre gui au-dessus de la porte d’entrée. La salade représente la nourriture alors que l’enveloppe est synonyme de richesse. Si le lion l’attrape, l’année sera prospère !

Danse des lions

Clémence Cluzel
Les lions vont-ils attraper la salade ?

Une centaine de lanternes avaient aussi été installées dans les rues pour l’occasion, et donnaient au lieu un petit air de Chinatown en fête.

Chaque année depuis quarante ans, des milliers de spectateurs viennent assister à cette célébration dans le 7e arrondissement. Moins nombreux cette année, les Lyonnais étaient tout de même venus admirer le rituel. “Je suis venue par curiosité : je trouve que c’est festif, on approche une autre culture et ça permet aussi de voyager un peu en Asie !” explique Camille, étudiante en droit.

Un Chinatown lyonnais

Les rues d’Aguesseau, de Marseille, Basse-Combalot et la place Raspail délimitent le quartier chinois dans le secteur de la Guillotière. Il y a environ 21 commerces asiatiques  : la majorité sont des restaurants (une quinzaine), mais aussi des épiceries ainsi qu’un magasin de décoration ou encore un coiffeur. Dès les années 1970 avec l’implantation d’un premier restaurant, le quartier est investi par la communauté originaire d’Asie du Sud-Est, donnant un petit côté Chinatown au quartier.

Le quartier s’agrandit progressivement puisque la nouvelle génération semble reprendre le flambeau des entreprises familiales.

Une importante communauté chinoise

Nouvel an chinois

Clémence Cluzel
L'année 2016 sera placée sous le signe du singe

L’année du singe, qui a débuté le 8 février, est célébrée par environ 30 000 ressortissants chinois ou asiatiques de culture chinoise dans la région. Lyon et la Chine sont liés étroitement car outre cette forte population d’origine asiatique, la ville est également jumelée avec Canton. Pour sceller cette proximité, une arche asiatique devrait d’ailleurs être implantée rue Passet, à l’entrée historique du quartier chinois.

à lire également
Un patient infecté par le coronavirus est mort en France. La ministre de la Santé l'a annoncé ce samedi. A Lyon, deux personnes infectées sont hospitalisées, à la Croix-Rousse. Mais leur cas ne suscite pas d'inquiétude.
Faire défiler vers le haut