Capture d’écran d’une vidéo, publiée sur Twitter par le collectif La Guillotière en colère, montrant un combat de rue place Gabriel-Péri, lundi 26 juillet 2021. (DR)

Lyon : un combat de rue filmé en plein jour à la Guillotière indigne les riverains

Depuis un peu moins de 24 heures, la place Gabriel-Péri, au coeur de la Guillotière, se retrouve une nouvelle fois dans la tourmente. Lundi 26 juillet, en début de soirée, un combat de rue s’est déroulé en plein jour au milieu d’une foule importante. Pour l’heure, aucune plainte n’aurait été déposée mais pour les riverains c’est l’incident de trop. 

Il était environ 20 heures, lundi 26 juillet, lorsqu’un attroupement s’est formé sur la place Gabriel-Péri, à la Guillotière, dans le 7e arrondissement de Lyon. Sur une vidéo publiée sur Twitter par le collectif de riverains La Guillotière en Colère, on peut voir plusieurs dizaines de personnes rassemblées en cercle entre la bouche de métro et le McDonald's. Au milieu du groupe, dans un espace laissé libre, on distingue une personne qui semble donner des coups à une autre, sous l’oeil de la foule, qui n’interrompt pas le combat mais se pose plutôt en spectatrice. 

Contactée par Lyon Capitale, la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône confirme qu’un riverain a appelé le 17, peu après 20 heures, pour signaler un regroupement de personnes place Gabriel-Péri et le déroulement d’une rixe. La DDSP précise que "deux équipages de police ont immédiatement été engagés et qu’à leur arrivée sur place, quelques minutes plus tard, le temps de se regrouper pour intervenir à plusieurs au regard du nombre de personnes présentes, la rixe était terminée".

La goutte de trop pour les riverains

Pour le collectif de la Guillotière en colère, dont une membre a filmé l’affrontement, ce nouvel épisode de violence en plein jour est la goutte de trop. "On est un peu abasourdi, c’est de pire en pire. On ne pensait pas que ce soit possible de voir ce genre de chose en début de soirée, au milieu d’une place en plein centre de Lyon. Parce que ça, typiquement, c’est du fight [combat, Ndlr] qui se fait en banlieue, un peu caché avec des paris. Maintenant, on va où ? C’est quoi la prochaine étape ?", s’indigne Nathalie Balmat la présidente de l’association de riverains. 


"C’est très inquiétant qu’ils décident de faire ça sur la place Gabriel-Péri, mais c’est assez symptomatique de ce qu’est devenu cet endroit." Nathalie Balmat, présidente de la Guillotière en colère


Ce genre d’incident n’est pas nouveau sur cette place très fréquentée. En 2019, un combat de boxe illégal s’était déjà déroulé devant l’enseigne de restauration rapide installée à côté du métro. Toutefois, pour Nathalie Balmat les événements qui se sont déroulés lundi soir sont d’une autre ampleur. "En 2019 il s’agissait de deux personnes qui avaient décidé de se battre dans une allée avant de se déplacer sur la place. Cela avait duré très peu de temps. Alors que là, si l’on regarde bien la vidéo, il y a deux personnes qui cadrent un peu la foule et une autre qui semble faire office de maître de cérémonie. On est franchement en droit de se dire qu’il y a eu des paris et que c’est très organisé", s’alarme-t-elle. Avant d’ajouter, "c’est très inquiétant qu’ils décident de faire ça sur la place Gabriel-Péri, mais c’est assez symptomatique de ce qu’est devenu cet endroit". 

Pas de dépôt de plainte

Selon les services de la DDSP, en fin de journée mardi 27 juillet, "aucune procédure judiciaire n’a[vait] été engagée, puisqu’il n’y a pas eu de dépôt de plainte concernant des violences éventuelles". Ces derniers nous ont toutefois indiqué un "renforcement de la vigilance sur le quartier dans les jours qui viennent". 

Sans plainte, pas d’enquête. Pour autant, l’association de la Guillotière en Colère n’envisage pas de déposer plainte. "On veut bien donner de notre temps pour le quartier, mais on ne peut pas tout faire. Nous sommes une association de riverains, on est là pour alerter et à la rigueur se constituer partie civile", explique Nathalie Balmat. De son point de vue, "c’est peut-être à la mairie de déposer plainte. Cela se fait quand on est une mairie impliquée ?, s’interroge-t-elle. Ce sera une occasion de prouver qu’ils s’occupent de la Guillotière". 


"C’est peut-être à la mairie de déposer plainte. Cela se fait quand on est une mairie impliquée ? Ce sera une occasion de prouver qu’ils s’occupent de la Guillotière." Nathalie Balmat, présidente de la Guillotière en colère


Ce ne devrait toutefois pas être le cas, puisque, contactée, la mairie de Lyon nous a expliqué "ne pas pouvoir déposer plainte, car [elle n’a] pas de motif pour le faire, du fait qu’il n’y a pas eu de dégradations de mobilier urbain ou d’agression d'agents municipaux". Néanmoins, la Ville tient à rappeler qu’elle "déplore toute scène de violence à la Guillotière et va poursuivre [son] travail de fond, engagé pour améliorer" le quotidien des riverains. 

Lire aussi : Lyon : le plan d'action du maire Grégory Doucet pour le quartier de la Guillotière

Le 3 août, l’association de la Guillotière en colère doit rencontrer le Préfet du Rhône afin d’échanger sur le quartier, et Nathalie Balmat l’assure, elle ne manquera pas de faire remonter ce nouvel incident. Un fait-divers que les services de la préfecture n’ont pas souhaité commenter. 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut