Des voitures de nuit à Lyon
© Tim Douet

Lyon : quelle est l’origine des bouchons qui paralysent le centre ?

Depuis quelques jours d’importants bouchons ont fait leur retour dans Lyon. Si certains y ont vu la conséquence des nouvelles pistes cyclables, les raisons sont autres.

Des temps de parcours parfois triplés dans le centre de Lyon, de longues files qui remontent jusqu’à la M6 : depuis quatre jours les bouchons sont de retour dans Lyon et ceux qui font le choix de faire leur trajet en voiture perdent un peu plus de temps.

Le suspect idéal est rapidement apparu avec la suppression de certaines voies pour permettre la création de pistes cyclables : mais les zones où la congestion est la plus forte ne correspondent pas (M6, M7, Vieux Lyon, Gerland...).

L'un des rares endroits qui pourrait aller dans ce sens est le secteur Cour Gambetta / Pont de la Guillotière / Rue de la Barre où le temps de parcours passe de 3 minutes 30 à 6 minutes 40. Néanmoins,  c'est aussi le secteur où les pistes cyclables temporaires sont le moins respectées par les automobilistes, au point que plusieurs cyclistes n'osent rouler dessus. En effet, certains conducteurs de voitures ou de deux roues tentent de remonter les files via ces aménagements, ce qui engendre des répercussions sur la congestion de l'axe . Pour tenter de trouver une solution, la métropole étudie la possibilité de "redistribution de toutes les files pour restituer 2 voies Ouest-Est".

Des bouchons à la raison bien plus simple

Dès lors, les raisons restent bien plus basiques : la trémie 6 de Perrache est une nouvelle fois fermée pour une durée indéterminée. Depuis Paris, les sorties Lyon Centre et Part-Dieu sont fermées.

Le trafic automobile est à nouveau proche des 100 % sur l’agglomération de Lyon (tandis que celui des TCL est autour de 50 % et les vélos 140 %). Conséquences logiques de ces fermetures sans déviation claire : la congestion se répercute sur d’autres artères.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut