Métro de Lyon – Mars 2019 © Antoine Merlet
© Antoine Merlet

Lyon : panne métro, bugs, files d'attente... TCL rate sa rentrée

Des renforts sur de nombreuses lignes, la C3 en mode optimale, des bus jusqu'à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry en alternative à Rhônexpress... alors que la rentrée TCL s'annonçait sous les meilleurs auspices, elle est clairement ratée pour plusieurs raisons.

Lundi 2 septembre, jour de rentrée, une panne majeure du métro D de Lyon a impactée lourdement le trafic. Suite à un incident informatique, aucun métro n'a circulé pendant une demi-journée sur la ligne la plus importante et la plus fréquentée de l'agglomération, l'un des jours où elle est le plus attendue.

Le 5 septembre, cette fois-ci pas de problème technique imputable à TCL, mais une tentative de suicide en pleine heure de pointe à la station Charpennes. Les lignes A et B ont été perturbées pendant deux heures. L'après-midi, un autre incident technique a impacté le réseau durant une quarantaine de minutes. Pour les Lyonnais qui ont fait le choix de la solution transports en commun, c'est donc parfois les Vélo'v ou la marche à pied qui ont dû être privilégiés, faute de métros circulant normalement. Mais pour d'autres, il a tout simplement été impossible de charger sa carte d'abonnement pour cette rentrée.

Bugs et files d'attente à rallonge devant les boutiques

En effet, certains clients se retrouvent dans l'impossibilité de prendre leur abonnement via les bornes. Le basculement vers la nouvelle gamme tarifaire désormais basée sur l'âge et non un éventuel justificatif, ne s'est pas fait sans quelques bugs. Lecteur de Lyon Capitale, Damien en a fait l'expérience. Depuis plus d'une semaine, il ne peut pas abonner sa fille de moins de dix ans. La formule ne lui est jamais proposée. Après plusieurs tentatives, il a dû lui prendre un abonnement pour une autre tranche d'âge et attend de voir combien de fois il va être prélevé "lors de ses nombreux essais".

Christophe lui ne peut tout simplement pas recharger son abonnement classique depuis le 1er septembre : "la borne me propose d'acheter des tickets, c'est tout". De son côté, Samira a également dû batailler pendant plusieurs jours pour charger l'abonnement de ses enfants "ça ne marchait jamais, j'ai pris des tickets en attendant de pouvoir aller en boutique pour régler la situation. Là-bas, c'était encore pire, il y avait des gens partout sur le trottoir, j'ai attendu presque deux heures à Bellecour pour enfin voir quelqu'un".

Un message qui n'est pas toujours passé

En effet, même s'il est parfois possible de forcer les choses en passant via le site E-tecely ou en contactant Allo TCL pour vérifier la situation (04 26 10 12 12), certains clients n'ont pas d'autres choix que d'aller en boutique. Ils se heurtent alors comme Samira à de très longues files d'attente où il n'est pas rare de devoir patienter jusqu'à deux heures à la Part-Dieu ou Bellecour. Ces espaces ont été saturés face à l'énorme demande.

Certains clients présents dans ces files sont parfois à la recherche d'une simple information qu'il pourrait trouver ailleurs, sans le savoir. Ainsi, aux possibles bugs techniques, s'ajoute aussi un profond déficit de marketing qui n'est pas toujours parvenu à informer les gens sur le changement de la gamme tarifaire et le fait qu'ils ne soient plus obligés de venir systématiquement en boutique. Trop longs, trop bavards, peu clairs et parfois pas toujours adaptés à la cible, les mails envoyés fin août par TCL pour informer les clients sur la nouvelle gamme semblent être passés à côté de leur sujet.

Une rentrée qui s'annonçait pourtant bien

Pourtant, la rentrée s'annonçait très bien du côté TCL. De nombreux renforts sont arrivés sur les lignes de métros, tramways et bus pour faire face à une demande toujours plus forte. Le lancement de la ligne T6 en novembre va permettre de mieux desservir l'est de Lyon, sans devoir repasser par le centre. Particulièrement attendue, la ligne de bus 47 permet de desservir l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry, marquant la fin du monopole Rhônexpress (lire ici). Enfin, la 4G commence à arriver dans le réseau métro, qui sera également ouvert jusqu'à 2 heures du matin les week-ends, d'ici la fin de l'année.

Dès lors, en l'état actuel, dans une semaine sans doute aussi majeure que la réussite de la desserte d'un 8 décembre ou d'une Fête de la musique, TCL est clairement passé à côté de sa rentrée. Le service des transports en commun de Lyon avait tout pour réussir avec la mention très bien. Pour l'instant, il est au rattrapage.

à lire également
4 commentaires
  1. philippechaumont - 6 septembre 2019

    Une carte d'abonnement n'a pas une durée de vie infinie (5 ans si je ne me trompe)... Renouveler un abonnement peut se faire avant l'échéance... Il n'y a pas tant de monde que ça aux guichets TCL à la Soie (où en plus les agents sont tout à fait serviables et compétents)... On peut se munir d'un terminal TCL chez soi pour une somme (9 euros) rapidement amortie en temps et même en argent (si ça évite un achat supplémentaire de carnets de tickets...)... Bref, il est possible d'améliorer la rentrée avec un minimum de prévoyance (comme les parents qui achètent les fournitures scolaires en juillet pour éviter le coup de feu de la fin du mois d'août), surtout que la situation se répète tous les ans. Ce n'est pas TCL qui rate sa rentrée, c'est le journaliste qui préfère tenir pour coupable TCL d'un certain manque de prévoyance de la part des utilisateurs...

    1. Pierre Quatrelle - 6 septembre 2019

      Vous faites l'apologie du técélisme.

      1. philippechaumont - 6 septembre 2019

        oui, depuis que je ne prends plus ma voiture dans Lyon, je me sens tellement mieux que je fais tout pour que les TCL fonctionnent au mieux 🙂 c'est de l'égoïsme bien compris 🙂

  2. JANUS - 6 septembre 2019

    Les élus et édiles ne poussent pas les citadins à abandonner leur véhicules pour utiliser les TC sans engorgement, D'autant plus qu'année après année, le coût d'une voiture est devenu prohibitif (assurance, contrôle tech. carburant, stationnement). En plus, la génération actuelle ne colle plus à ce mode de transport, culturellement et écologiquement dépassé (permis de conduire, moteurs thermiques diésel ou essence, bus et train à prix réduit….) Marc ANTOINE (non automobiliste depuis 2012)

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut