Lyon : Orange va perdre des effectifs, la CFE-CGC tente d'alerter

Les syndicats CFE-CGC d'Auvergne Rhône-Alpes s'inquiètent de la disparition de 1 600 postes dans la région, mais aussi de la concentration des activités du groupe Orange en Île-de-France, au détriment de Lyon.

Sébastien Crozier, président national de la CFE-CGC d'Orange, était à Lyon jeudi soir pour tirer la sonnette d'alarme. "Lyon va perdre 1 600 emplois en trois ans", a-t-il expliqué. "Ce qui aura un impact évident sur la détérioration des conditions de travail, mais aussi sur l'économie de l'agglomération lyonnaise". Orange ne compte pas licencier. "Ce n'est pas de la casse sociale", admet Sébastien Crozier. "Ce sont des jeunes qui ne seront pas embauchés." Avec le pic de départs à la retraite enregistré par le groupe, la CFE-CGC estime qu'un poste sur trois ne sera pas remplacé.

Un manque d'ambition de la part d'Orange

Sébastien Crozier dénonce surtout "l'absence d'ambition à Lyon" du groupe Orange. Il regrette notamment que le projet Lyon 2020 ne permette pas la création d'emplois. Il s'agit d'abord d' "optimisation immobilière" et de "rationnalisation des effectifs", en réunissant les 18 sites actuels sur un seul campus, près de la Part-Dieu. Même critique à l'égard du plan de réorganisation des boutiques Orange. Les petites boutiques vont être progressivement remplacées par des points vente, beaucoup plus grand et offrant d'avantage de services. "La rationnalisation des boutiques éloigne les clients. En centre-ville ça va, mais en banlieue les gens vont mettre plus de temps". La CFE-CGC regrette surtout que l'initiative ne soit pas créatrice d'emplois dans la région lyonnaise.

Concentration des activités en Île-de-France

Les syndicats regrettent enfin qu'Orange centralise de plus en plus ses activités en Île-de-France, au détriment des régions et de Lyon notamment. "Il est inutile de concentrer toutes les activités au même endroit", déplore Sébastien Crozier. Et Lyon est une ville agréable et beaucoup moins chère que Paris". D'après lui, les employés d'Orange ne rechignerait pas à venir s'installer plus au sud.

à lire également
Conseil régional 4.01.16
Le dossier d’Erai sera de retour devant la chambre des procédures collectives du tribunal de grande instance le 26 juin prochain. Le liquidateur de la structure régionale d’aide à l’international pour les entreprises rhônalpines demande la condamnation de la région et de l’ancien président d’Erai, et réclame dix millions d’euros. On le pensait classé et relégué aux archives. Le dossier […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut