Villa Gillet
La Villa Gillet installée à La Croix-Rousse. © DR

Lyon : menacée de fermeture, la Villa Gillet met en cause la Région et Laurent Wauquiez

À la Villa Gillet, l'incompréhension des dernières semaines s'est désormais doucement mêlée à la colère lors de la conférence de presse du Festival international de littérature de Lyon, lundi 16 mai. En cause : la coupe de près d'un tiers des subventions régionales adressées à l'établissement culturel.

"Actuellement, la Villa Gillet est menacée". Lundi 16 avril, Lucie Campos, directrice de la Villa Gillet donne le ton devant les acteurs de la chaîne du livre, de l'auteur à l'éditeur. Pour rappel, la Région estime ne pas avoir à subventionner une structure dont elle juge "l’empreinte strictement lyonnaise et métropolitaine. Son financement revient aux collectivités locales concernées", précisaient les services du président du Conseil régional Laurent Wauquiez (LR). Une coupure des subventions qui représente alors 350 000 euros, soit 1/3 du budget de la Villa Gillet. Un réel coup dur et une menace pour l'établissement qui promeut le livre en Auvergne-Rhône-Alpes.

Les mots sont clairs : l'établissement est actuellement en train de "traverser des tempêtes diverses", explique la directrice de la Villa Gillet. "Comme tous les lieux culturels", poursuit-elle. Une incompréhension partagée par Joris Mathieu, directeur du Théâtre Nouvelle Génération dont les subventions sont également en discussions. "C'est étonnant qu'une région détruise sa vie culturelle", ironise celui qui représente également Syndeac, syndicat national des entreprises artistiques et culturelles. "Ils accentuent la période de crise que l'on a traversée. Politiquement, on vit une période qui porte une grande part d'ombre. Et c'est seulement la partie émergée de l'iceberg qui se révèle", fustige Joris Mathieu. Avant de conclure : "quand on lit dans la presse que les autres lieux culturels tremblent, c'est que l'on a basculé dans un régime de terreur". Définitivement, les mots sont clairs : l'exécutif régional est visé.

La Ville demande du "dialogue"

L'exécutif régional, Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la culture de la Ville de Lyon, préfère le définir comme le président de Région. Elle assure avoir rencontré Sophie Rotkopf, son homologue à la région, "il y a 9 mois". Une réunion dans laquelle la vice-présidente de la Région avait assuré à Nathalie Perrin-Gilbert "qu'il n'y aurait pas de grands changements dans les orientations de la région". Ainsi, aucun vote démocratique n'a été effectué pour expliquer la politique culturelle d'Auvergne-Rhône-Alpes à ce jour.

Au-delà des aides coupées pour certains établissements culturels, l'adjointe à la culture regrette de "ne pas pouvoir en parler. De ne pas être dans le dialogue puisque rien n'est annoncé". Nathalie Perrin-Gilbert poursuit : "je ne conteste pas un élu de choisir et d'énoncer une politique qui va être menée. Encore faut-il qu'elle soit soumise à un vote en instance ? Or ce n'est pas le cas".

Finalement, l'ancienne maire du 1er arrondissement de Lyon pointe du doigt "les incohérences" de l'exécutif régional. Elle évoque les réorientations territoriales des aides allouées aux établissements culturels dans le territoire d'Auvergne-Rhône-Alpes. La Région souhaite un "rééquilibrage solidaire et équitable", comme l'évoquait Lyon Capitale il y a quelques semaines. "Je ne comprends pas que les équipes régionales veuillent mettre plusieurs dizaines de millions d'euros sur le musée du Tissus à Lyon. À ce moment-là, il ne faut pas faire le musée des Tissus, si l'on ne veut pas aller sur la ville de Lyon", se questionne Nathalie Perrin-Gilbert. Pour rappel, le budget alloué à la culture représente un cinquième du budget de la Ville de Lyon.


"On ne laissera pas ni péricliter, ni fermer le projet de la Villa Gillet. Je le dis fermement",
Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la culture de la Ville de Lyon 


"C’est une attaque contre l’existence même de la Villa Gillet, qui menace la structure dans son ensemble", s’émeut-on derrière les murs du 25 rue Chazière. Pourtant , Nathalie Perrin-Gilbert l'a assuré, lundi 16 mai lors du lancement du Festival international de littérature : "on ne laissera pas ni péricliter, ni fermer le projet de la Villa Gillet. Je le dis fermement". L'établissement ne pourra cependant pas compter sur de nouvelles aides de la mairie écologiste. "La Ville de Lyon continuera à être un soutien pour la Villa Gillet. On ne pourra pas se substituer du jour au lendemain. Ça ne serait pas un bon signe envoyé à la Région".

Lire aussi :

 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut