Source : Alexandra Huard

Lyon : le Rhône devient une poubelle à trottinettes électriques

À Lyon, le Rhône est plus clair ces derniers jours, laissant entrevoir de nombreuses trottinettes reposant au fond. Le fleuve est devenu une poubelle à trottinettes électriques.

Lundi matin, Alexandra Huard longe le Rhône et jette un coup d’œil dans le fleuve qui est plus clair que d'habitude. Elle y découvre des dizaines de trottinettes électriques qui reposent au fond, sur le seul secteur entre le pont Morand et la passerelle du collège. Elle décide alors de publier ses photos sur son profil Facebook, sa publication est devenue virale, partagée plus de mille fois. Le constat est là : le Rhône est devenu une poubelle à trottinettes électriques avec des utilisateurs ou casseurs qui n'hésitent pas à jeter les deux roues en libre service dans le fleuve.

Source : Alexandra Huard

Des dizaines de trottinettes visibles

À notre tour, nous nous sommes rendus sur les berges et rives du Rhône, ne pouvant faire que le même constat. À un endroit, une quinzaine de trottinettes s'entasse sur un espace à peine plus grand qu'un studio pour étudiant. Entre Morand et la passerelle du collège, elles sont là par dizaines. Combien reposent au fond des cours d'eau de la ville ? Impossible de connaître l'ampleur du phénomène, nouvelle forme de pollution dont l’existence est invisible quand le fleuve est moins clair et plus haut, soit une grande partie du temps. Dans leurs entrailles, on retrouve des batteries au lithium, qui peuvent entraîner une contamination de l'eau si leur enveloppe n'est plus étanche. Il arrive que les pompiers en remontent à l'occasion de plongée, mais ils n'ont clairement pas que cela à faire. L'un d'eux explique : "Ce n'est pas notre mission, on rend service parfois, mais on ne peut pas nettoyer le fleuve". En mai, l'association Sea Shepherd avait déjà récupéré 22 trottinettes dans la Saône (lire ici). Les amateurs de "pêche à l'aimant" sont parfois visibles sur les berges du Rhône, sortant tout ce qui est présent à proximité. Du côté de Pierre Hémon, vice-président en charge des déplacements à la métropole de Lyon, c'est également l'amertume qui prime : "C'est du capitalisme sauvage, on arrive, on fait sa crotte, et on repart".

Quid des opérateurs ?

Contactés par Lyon Capitale, Bird et Voi n'ont pas encore répondu à nos sollicitations. Pour sa part, Lime affirme "mettre en place plusieurs actions pour endiguer le phénomène" comme l'impossibilité de terminer son trajet à 50 mètres des rives de Saône et du Rhône. "Lime effectue très régulièrement des passages avec des patrouilleurs pour éloigner celles qui seraient déplacées vers les berges", précise un représentant de l'entreprise, "Une fois qu’elles sont dans l’eau et qu’on en a le signalement, Lime les récupère avec un grappin ainsi que des plongeurs professionnelles".

Du côté de chez Dott on assure prendre le problème au sérieux. "Nous avons une équipe avec des grappins qui récupère les trottinettes qui sont le plus proches du bord", explique Manon Pagniez, responsable des opérations à Lyon, "Avec les autres opérateurs et une association de plongée, nous allons prochainement monter une initiative de pêche collective pour en récupérer plusieurs d'un coup". Cette opération ne devrait pas manquer d'être relayée à grand coup de communication, comme les opérateurs ont l'habitude le faire. Le problème est pour l'instant très visible, mais cela ne va pas durer.

Le fleuve est actuellement bas et clair, les trottinettes ressortent, mais avec l'arrivée de l'automne et des crues, elles disparaîtront à nouveau sous tous les éléments chargés par l'eau. La "poubelle Rhône" a pourtant de grand risque d'être toujours là, nourrie sans cesse.

Photo : Florent Deligia

 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut