Lyon : à quoi ressemblera le quartier de la Part-Dieu en 2023 ?

Pour sa visite de rentrée, le maire de Lyon Gérard Collomb avait choisi le quartier de la Part-Dieu, de quoi s'offrir un panorama de tous les projets qui verront le jour d'ici 2023. La Part-Dieu sera alors transformée. À quoi va-t-elle ressembler d'ici quatre ans ?

Mardi 27 août, le maire de Lyon Gérard Collomb a choisi la Part-Dieu comme berceau de sa visite de rentrée. Alors que les grands projets sont du ressort de la métropole de Lyon, les mutations qui transforment aujourd'hui le quartier n'en demeurent pas moins le fruit d'une politique qu'il a impulsé en 2014. Mais cette cuisine-là importe peu aux Lyonnais, seul le résultat final comptera : il sera visible en 2023. La visite a ainsi débuté en haut de la tour Silex2, actuellement en chantier et offrant une vue à 360 degrés sur l'ensemble des projets dans le quartier.

Tour Silex2

Tour Silex2

La tour EDF des années 70 va être régénérée. Entièrement déshabillée, sa façade a été complètement démontée et l'intérieur désamianté. Désormais, place à la transformation en Silex2. Une charpente métallique va ainsi être ajoutée lui permettant de culminer à 130 mètres de haut. Ainsi ce sont 31 000 m² de bureau qui seront créés pouvant accueillir 2 500 personnes. Lors de son inauguration en 2021, Silex2 sera alors la 3e plus haute tour lyonnaise, mais seulement pour un an et demi, To-Lyon la fera ensuite sortir du podium.

Livraison 2021

Tour To-Lyon

Fin 2022, To-Lyon sera la deuxième tour la plus haute de Lyon, juste derrière Incity (202 mètres). Avec ses 170 mètres de hauteur, elle dominera légèrement le Crayon (165 mètres). Sur les 43 étages de cet édifice colossal on retrouvera 80 000 m² de surface dont 66 000 m² de bureau et 3 500 m² de commerce, ainsi qu'un hôtel 4 étoiles de 168 chambres.

Livraison : fin 2022

Nouveau parking Béraudier

Sous "Béraudier", juste à côté de la Part-Dieu, un parking de 1 084 places sur cinq niveaux va voir le jour. 1 200 places de stationnement sécurisées seront également proposées pour les vélos (dont 250 pour les salariés de la tour To-Lyon). Même si ce chiffre peut paraître important, le risque de voir l'édifice être rapidement saturé reste non négligeable. Ainsi, selon nos informations, des réflexions sont en cours sur la Part-Dieu pour voir ce chiffre au moins doubler. Plus de 3 000 places de parking sécurisées pour les vélos ? Si la volonté politique suit, cela serait possible à moyen terme.

Livraison autour de 2023

Centre commercial de la Part-Dieu

Comme nous l'indiquions précédemment (lire ici), en 2020, le centre commercial bénéficiera d'une extension de 32 000 m² de surface supplémentaire. Un jardin suspendu va voir le jour au sein du bâtiment et les accès à ce dernier vont également être repensés rue Servient, boulevard Vivier Merle et Rue Bouchut avec des espaces publics plus aérés.  Trois grands escaliers faciliteront également l'accès tout en mettant fin à l’aspect très rectangulaire du bâtiment. On retrouvera également 65 nouvelles boutiques et restaurants dont les premières enseignes sont déjà connues (lire ici). Le multiplex UGC de 18 salles sur le toit arrivera plus tard (lire ici).

Livraison 2020

Vivier Merle

Boulevard Vivier Merle

En 2020, le tunnel Vivier Merle sera plus long pour laisser plus de place en surface aux bus, piétons et vélos. Ainsi, il sera prolongé de 118 mètres pour atteindre les 462 mètres. Si aujourd'hui les automobilistes ressortent au carrefour Pompidou, ils iront désormais jusqu'au carrefour Paul Bert. D'autres modifications seront également réalisées sur la période 2020-2022 avec un boulevard Vivier-Merle modifié pour permettre la création d'un itinéraire cyclable, un meilleur cheminement piéton, une réorganisation des stations de bus et trams, ainsi qu'une plus forte végétalisation.

Livraison 2020 pour la première phase

Gare de la Part-Dieu

La gare de la Part-Dieu est en train de faire sa révolution. À l'origine prévue pour 30 000 voyageurs par jour, elle en accueille 125 000 (avec une projection à 220 000 usagers en 2030). Considéré comme trop sombre, le pôle multimodal va enfin s'illuminer grâce à de grandes ouvertures tandis que la surface sera doublée avec l'arrivée de trois nouvelles galeries. Au rez-de-chaussée, on retrouvera boutiques et restaurants tandis que la billetterie prendra place au premier étage. Le dernier niveau sera dédié à un centre d'affaires et un restaurant. Une 12e voie "L" va voir le jour pour faire face à une demande ferroviaire toujours plus forte. On l'annonce plus agréable à traverser, plus interconnectée avec le reste de la ville, qu'il s'agisse de métro B, tramways ou bus. L'arrivée possible du métro E côté Villette semble une évidence. Une étude vient d'être lancée par le Sytral pour relier Tassin à la Part-Dieu (lire ici).

Livraison 2023 pour la gare

à lire également
“Une cité industrielle” de Tony Garnier – Vue des usines [Une cité industrielle : 3 SAT 2 / Gilles Bernasconi / Crédit photographique (reproduction) / Archives municipales de Lyon] (détail)
À l’occasion de l’exposition aux archives municipales, nous vous proposons de redécouvrir les projets de l’architecte lyonnais qui n’ont pas dépassé le stade du plan, comme sa Cité industrielle, ou été déformés par rapport à sa vision, comme le quartier des États-Unis. Inventaire illustré.
6 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 27 août 2019

    Du béton, encore du béton, toujours du béton.
    Le béton rapporte du fric ; les arbres fruitiers, les jardins en font perdre. C'est juste un choix de société que d'autres (les suivants) devront assumer et surtout subir.

    1. raslebol69 - 29 août 2019

      C'est vrai, mais simultanément l'extension sans fin des banlieues pavillonnaires détruit beaucoup plus d'espaces verts, et est de moins en moins soutenable financièrement (réseaux de distribution, transports....).

      1. Abolition_de_la_monnaie - 29 août 2019

        Notre choix n'est peut-être pas "les tours" (qui restent énergivore car plus on monte et plus il y a de problèmes), ou "les pavillons" individualistes qui veulent le beurre ("mon royaume") et le job à 15, 20, 30 km (l'argent du beurre).

  2. Zbart - 9 septembre 2019

    La part dieu est un quartier d affaire , il est logique que en 2019 il y ai des grattes ciel ... et il reste assez de quartiers dans la ville pour accueillir ce qui ne les aiment pas , il y a aussi de nombreux parc et espace vert , et la campagne n est pas loin , si on la préserve en ne construisant pas bcp de petit immeuble de bureau mais plutôt quelque tour au centre ville ...

    1. Abolition_de_la_monnaie - 9 septembre 2019

      Plus les tours sont hautes, plus il faut de l'énergie et des ressources pour les gérer.
      C'est un aberration écologique. C'est connu, sauf de ceux qui pense "rayonnement" (alias esbroufe).

  3. vieux caladois - 10 septembre 2019

    il y aurait bien la solution de construire les tours en sous-sol...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut