Nouveau cinéma UGC à Lyon Part-Dieu, il faudra attendre un peu

La construction du futur multiplex UGC de 18 salles à la Part-Dieu entre dans le dur, néanmoins, pour l'ouverture il faudra encore attendre. Il arrivera après l'inauguration de l'extension du centre commercial.

En 2020, l'extension du centre commercial ouvrira ses portes avec 32 000 m² de surface supplémentaire pour accueillir 80 nouvelles boutiques et restaurants et une forte volonté de mettre l'accent sur les loisirs. À l'occasion de la visite de rentrée du maire de Lyon, Gérard Collomb, nous avons recueilli quelques indiscrétions sur l'avenir de cet espace. Le cinéma UGC de la Part-Dieu va être transféré dans un multiplex de 18 salles sur le toit. L'inauguration arrivera après celle de l'extension du centre commercial, le gros des travaux débutants dès à présent, et la préparation des salles prendra du temps. Ainsi, le multiplex UGC ouvrira fin 2020, au mieux, voire début 2021 selon nos informations.

Un multiplex de 18 salles sur le toit

UGC souhaite proposer une expérience supérieure à celle de la nouvelle salle que l'entreprise vient d'ouvrir début 2019 à Vélizy dans les Yvelines  (où l'on retrouve 3 800 fauteuils et 18 salles). Les futurs spectateurs du multiplex UGC seront ainsi accueillis dans un immense hall, les architectes ayant privilégié les grands volumes et espaces. Ce cinéma de nouvelles générations ne devrait pas manquer de relancer la guerre des salles à Lyon, UGC comptant bien programmer des blockbusters comme des films d'auteur, tout en tirant les prix vers le bas sans entrer dans la course à l'escalade technologique. En face, Pathé propose les dernières innovations du moment, mais le prix du ticket grimpe également pour profiter de la 4DX, écran LED Onyx ou de la salle Dolby avec fauteuil confort inclinable. D'ici fin 2020, début 2021, les exploitants pourront donc fourbir leurs armes avant l'arrivée de ce multiplex grand format.

à lire également
Les deux journées d'expérimentation de piétonnisation en semaine à Lyon auront permis de livrer un constat implacable : à l'inverse des samedis, ce mercredi et jeudi, les piétons n'étaient pas les bienvenus au milieu de la route. Les conducteurs n'ont pas lâché leur domaine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut