Place de la République

Lyon : à peine terminée, la place des Terreaux déjà dépassée ?

La place des Terreaux rénovée sera officiellement présentée aux Lyonnais ce vendredi 20 décembre. Mais à peine terminée, elle soulève déjà plusieurs critiques, notamment sur l'absence de végétalisation et son sol qui se salit plus rapidement.

Lire aussi : Trop minérale ? Ces projets rêvés pour les Terreaux

Historique cœur politique de la ville de Lyon, la place des Terreaux est au centre des attentions depuis 1994 avec le réaménagement confié à l'architecte Christian Drevet et l’artiste Daniel Buren.

En une vingtaine d'années, la place s'était dégradée et les soixante-huit fontaines avaient très vite cessé de fonctionner correctement. En 2018, la ville et la métropole ont confié la rénovation de la place à Buren et Drevet, pour un montant de quatre-millions d'euros, sans appel d'offres. En effet, Terreaux étant considérée comme une œuvre, ses auteurs étaient prioritaires pour sa restauration (lire ici).

44 nouveaux cubes Buren ont été installés, pour seulement 15 fontaines. Elle sera officiellement présentée aux Lyonnais ce vendredi 20 décembre, et devrait une nouvelle fois relancer les débats.

Un revêtement en question

Pour ceux qui sont passés du côté des Terreaux régulièrement depuis la fin des travaux, ils ont pu être surpris par un revêtement au sol qui se salit très rapidement. Tous les jours, une équipe est donc chargée de son nettoyage.

Interrogée par Lyon Capitale, la métropole de Lyon apporte quelques précisions : "Pour éviter les îlots de chaleur, le revêtement est plus clair, mais aussi plus salissant que les pierres sombres, c'est la même chose rue Victor Hugo". De nouvelles machines "spéciales" avec un jet à haute pression à 280 degrés sont actuellement utilisées pour nettoyer les pierres tous les jours. Questionnée sur l'impact en matière de consommation d'eau et d'énergie de ce nettoyage quotidien, la métropole affirme qu'il sera "mesuré ces prochaines semaines".

Une place toujours aussi minérale

Autre point qui cristallise les critiques, Terreaux reste terriblement minérale. Deux arguments ont toujours été invoqués pour expliquer l'absence de végétalisation : l'impossibilité de faire de la pleine terre à cause du parking situé dessous, et l'obligation qui serait faite de respecter la perspective et l'aspect de la place "œuvre d'art".

En juillet, alors que la canicule battait son plein à Lyon, l'élu Europe Ecologie Les Verts, Bruno Charles se fendait d'une tribune libre "Nous voulons des arbres place des Terreaux ! " (lire ici). Il regrettait ainsi une place où il est impossible de s’asseoir sans devoir consommer et qui devenait une "horreur en période de canicule". Pour l'élu, cette situation pourrait s'aggraver à cause du dérèglement climatique et que la seule solution pour la rendre vivable restait la végétalisation.

Bruno Charles en profitait pour balayer l'argument juridique qui veut que "Buren soit propriétaire de l'image de la place et puisse interdire à la ville de la modifier sans son accord". Invoquant une décision de justice qui stipule que "l'image du domaine public n'est pas un bien, et qu’elle n’est donc pas susceptible d'appropriation", mais aussi le changement climatique qui pourrait constituer un motif nouveau pour changer la place. Au final, il aura été fait le choix de ne pas aller au conflit, offrant un lieu majeur sans la moindre végétation.

Pour les arbres, il faudra passer de l'autre côté

Sur l'absence de végétaux, la métropole de Lyon a une nouvelle fois invoqué le statut d'œuvre d'art des Terreaux et le parking tout en renvoyant vers la place Louis Pradel.

En effet, de l'autre côté de l'hôtel de ville, la place va être réaménagée avec un "amphithéâtre de verdure" (lire ici), la plantation de 60 nouveaux arbres et l'installation d'un ruisseau. Il faudra néanmoins attendre 2023 pour voir le début des travaux qui s’élèveront à 17 millions d'euros.

La nouvelle Pradel ne fera pour autant pas oublier que Terreaux semble condamnée à rester terriblement minérale. Le risque de finir comme un anachronisme dans une ville qui sera de plus en plus verte.

Lyon  : trop minérale  ? Ces projets rêvés pour les Terreaux

à lire également
Alors que le Sytral organise sa cérémonie des voeux 2020 ce vendredi 24 janvier, la question du coût très élevé de cet événement, 150 euros par personne, a été soulevée.
7 commentaires
  1. Georges Marchais - 19 décembre 2019

    Au moins d'aout je vous avais déjà dit qu'il n'y aurait jamais d'arbres sur cette place, les élus disent systématiquement non.
    Il aurait fallu leur demander spécifiquement de ne PAS mettre d'arbres. Là on aurait eu des arbres en moins d'une semaine.
    Les élus sont comme ça.

  2. philippechaumont - 19 décembre 2019

    En fait on devrait se réjouir que la municipalité prévoit le réchauffement climatique. En cas de rupture d’approvisionnement en gaz ou électricité en plein été, les lyonnais pourront avantageusement venir faire cuir leurs oeufs (s'il y en a..) sur les plaques de pierre de la Place des Terreaux où la température à raz du sol devrait allègrement dépasser les 60°C par beau temps (et par canicule).

  3. val - 19 décembre 2019

    la collectivité va payer (l'entretien et la nouvelle rénovation si nécessaire)... c'est quoi le problème ?

  4. Bernard Girard - 19 décembre 2019

    Visiblement, un autre maire avant Gérard Collomb avait tenté les arbustes malingres dans des pots, sur la place des Terreaux :
    https://img.oldthing.net/8867/35627381/0/n/AK-Ansichtskarte-Lyon_France-Place-des-Terreaux-Hotel-de-Ville-Lyon-France.jpg

  5. Galapiat - 19 décembre 2019

    Moche, pas un banc public , plus de la moitié de l'espace public privatisé par les terrasses (illégal) Aucune pissotière mixte en vue.(on ira à la mairie !!!!!)

  6. Gaë De Lyon - 19 décembre 2019

    Ce qui m'étonne (en plus de tout ce qui est dit) ce sont ces bornes de pierre hautes d'une cinquantaine de centimètres et totalement invisibles en cas de forte affluence. S'il y a un mouvement de foule, il y aura des chutes ...

  7. Galapiat - 1 janvier 2020

    Quel coût pour la plaisanterie ?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut