motards

Les motards en colère nous écrivent

La Fédération des Motards en Colère du Rhône nous a adressé le droit de réponse suivant, suite à notre article du 25 février, titré "Lyon : plus d'un millier de motards pendant un épisode de pollution". Nous le publions, selon nos habitudes, sans faire de commentaire.

"La FFMC 69 (Fédération Française des Motards en Colère) mise en cause en tant qu’organisatrice de la manifestation du 24 février 2018 tient, suite à l’article publié par LYON CAPITALE le 25 février dernier, a apporter le complément d’information suivant :

la FFMC n’a nullement été contactée avant publication ce qui aurait permis d’éviter un article à charge qui ne parle nullement des motifs de l’action. Ainsi il est indiqué qu’une alerte aux particules fines avait été activée la veille de l’action et que les organisateurs n’ont pas tenu compte de celle-ci. D’une part la manifestation, et le trajet, avaient été déposés en préfecture dès le 14 février, soit 9 jours avant l’alerte et d’autre part qu’il n’est pas possible, la veille d’un rassemblement de cette ampleur (plus de 3000 véhicules) d’annuler une action.

Par ailleurs comme le précise l’article l’alerte concernait les particules fines or la motorisation essence, donc celle des deux-roues n’est pas à l’origine de ce type de pollution. L’amalgame ainsi créé par le dernier paragraphe entre l’action et la pollution déjà en place n’a que pour but de créer la confusion dans l’esprit du lecteur, aucun lien n’existant entre les deux.

Il est également indiqué que la manifestation a bloqué pendant plusieurs heures la circulation alors que les axes étaient très chargés du fait du chassé-croisé des vacances or la manifestation a consisté en un cortège, avec des arrêts ponctuels en quelques points, aucun blocage de longue durée n’a été occasionné, d’autant plus que le trajet emprunté n’est que faiblement impacté par le chassé-croisé de ces vacances.

Tous ces points n’auraient pu être ignorés lors de la rédaction de l’article si nous avions été contactés.

Il faut espérer que lors de la prochaine action, prévue ce samedi, la retranscription de l’action fasse preuve de votre objectivité."

à lire également
Gendarmes
Plutôt que de gagner du temps, le conducteur a écopé d'une suspension de permis de six mois, d'une amende et d'un retrait de six points.  La réforme d'Edouard Philippe n'a vraisemblablement pas convaincu tous les conducteurs. Vendredi dernier, un chauffeur a été controlé à 178km/h sur une route départementale de la Drôme désormais limitée à […]
1 commentaire
  1. TousAvelo - 20 mars 2018

    C'est clair... Les motos ne polluent pas! en tous les cas pas au niveau des particules fines... Ni au niveau sonore et n'encombrent pas non plus les trotoires!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut