Le projet de Tony Parker pour faire fonctionner "10 mois sur 12" la station de Villard-Corrençon

Trois ans après avoir acheté la société des remontées mécaniques de Villard-de-Lans et de Corrençon-en-Vercors (SEVLC), l'ancien basketteur international, Tony Parker, revient sur l'avancée du projet et présente ses ambitions.

La Société d’Exploitation de Villard Corrençon (SEVLC) qui gère depuis des années les domaines skiables de Villard-de-Lans et Corrençon-en-Vercors a été rachetée il y a maintenant trois ans par la société Infinity Nine Moutain, présidée par Tony Parker. Très investi dans le développement de cette station de moyenne montagne qu'il a acquis en 2019, l'ancien basketteur international français travaille aujourd'hui avec ses partenaires pour proposer une offre de services toute l'année sur cette station où le changement climatique fait craindre la disparition de la neige dans les années à venir.

Au coeur de son projet se trouve la création d'un vaste complexe immobilier sur la commune de Villard-de-Lans, qui doit permettre de "faire fonctionner cette station 10 mois sur 12", confie Sébastien Giraud, le directeur général de la SEVLC, et responsable de l'Ananda Resort. Étendu sur un peu plus de 21 000 m2, le site sera composé d'une résidence hôtelière classée quatre étoiles comprenant 132 appartements, soit 900 lits, et accueillera des activités indoor en tout genre.

 

Redynamiser la vallée

Première pierre du projet Tony Parker à Villard-de-Lans, ce futur complexe fait déjà naître une certaine forme d'enthousiasme chez le maire de la commune Arnaud Mathieu, pour qui "l'arrivée de M. Parker est une bouffée d'oxygène pour le territoire" à l'heure où "les 8 000 lits touristiques sont un peu vieillissants". Un constat partagé par le maire de la commune voisine de Corrençon-en-Vercors, Thomas Guillet, pour qui le besoin de redynamiser la vallée est aujourd'hui essentiel, "il y a 430 habitants dans ma commune avec plus de 4 000 lits touristiques, nous avons besoin de ce tourisme", explique l'élu.

Évalué à 96 millions d'euros, la construction de ce complexe hôtelier, qui doit ouvrir ses portes en 2025, se veut maitrisée en termes d'impact environnemental. Le maire de Villard-de-Lans présente même le projet comme étant "très respectueux de l'environnement", alors que la SEVLC assure avoir fait passer son objectif de réduire son empreinte environnementale de "10 à 15%", affirme Sébastien Giraud. En parallèle Infinity Nine Mountain travaille à un nouveau plan d'aménagement du domaine skiable, qui pourrait permettre de réduire de 20% le nombre de pylônes. Un volet d'importance alors que le site se trouve dans le Parc naturel régional du Vercors, classé notamment en zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut