Le Lyon des nanotechnologies commence à prendre forme

Le premier occupant du sud de Gerland que Gérard Collomb veut transformer en centre européen des sciences du vivant est arrivé. L’usine de l’entreprise Genzyme s’érige sur une ancienne friche. Bientôt 270 salariés y travailleront.

Avec l’ouverture depuis quelques jours de l’usine de Genzyme, un groupe américain de pharmacologie, le sud de Gerland qui doit à terme abriter l’une des plus fortes concentrations d’entreprises de nanotechnologies commence à prendre forme. Le bâtiment actuellement encore casé dans un no-man’s-land entre les prostituées et le périphérique devrait bientôt être entouré d’autres sociétés pharmacologiques ou de sciences du vivant. Ce mercredi matin, Genzyme, prononcé “genzaïme”, présentait à la presse sa nouvelle usine avec une certaine fierté.

Ce projet lancé il y a cinq vient d’aboutir et les premiers médicaments devraient sortir de l’unité de production au mois de juin. À horizon 2011,Genzyme produira la totalité de l’un de ses médicaments, le Thymoglobuline. Un produit qui permet d’éviter le rejet de greffe suite à des opérations. L’implantation de Genzyme à Lyon était donc logique comme l’a rappelé Frédéric Turner, le directeur France du groupe : “Lyon est en pointe sur les greffes”, avant de se lancer dans une perspective future : “nous sommes au cœur de la première zone biopôle de France”.

Un quartier dédié aux biotech’

Présent à ses côtés, Gérard Collomb savoure. Quelques minutes plus tôt, il avait évoqué la manière dont il souhaite voir ce quartier du 7e évoluer. “L’ensemble du quartier change. Genzyme vient de s’installer et bientôt d’autres immeubles de bureaux et d’entreprises de nouvelles technologies vont s’installer. Je voudrais que Lyon devienne un centre européen des sciences du vivant”, a-t-il expliqué évoquant aussi le centre d’immunologie inauguré il y a moins d’un an non loin de là et la possibilité d’installer un Institut de recherche technologique.

Une production qui reste dans l’agglomération

L’usine de Genzyme devrait accueillir 270 salariés mais la direction du groupe n’exclut pas d’étendre l’activité à d’autres applications du Thymoglobuline. Actuellement, ce médicament est fabriqué à quelques kilomètres de Gerland, à Marcy-l’Étoile. Le site devrait aussi accueillir des partenariats entre le groupe américain et des centres de recherche ou de jeunes entreprises de biotech’ qui ne bénéficient pas d’outils de production.

à lire également
La fondation Vinci Autoroutes finance des recherches pour créer un test salivaire capable de détecter une fatigue trop intense pour prendre le volant. Un futur outil de prévention rendu possible grâce à la découverte du Professeur Laurent Seugnet à Lyon. Ce samedi sur une aire de l'A7, l'INSERM testait une centaine de conducteurs. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut