nvelles images 115

La violence dans les écoles en baisse dans le Rhône

Lors de la signature de la convention départementale de lutte contre la violence scolaire, la préfecture du Rhône, avec l'inspecteur d'académie, a annoncé une baisse des faits de violence dans les écoles du département. "404 faits de violence constatés dans l'année scolaire 2013-2014, c'est 20%de moins que l'année précédente", affirme Stéphane Rouvé, préfet délégué à la sécurité.

Réunis ce jeudi à l'inspection académique à Lyon, le préfet Stéphane Rouvé, Jean-Louis Baglan directeur d'académie et Marc Cimamonti, le procureur de Lyon se sont félicités de ces chiffres, en admettant que le Rhône était un département préservé par ce type de violence. "Il n'y a pas d'agressions atypiques, la situation est bien maîtrisée", indique Stéphane Rouvé.

Insultes, agressions physiques , violences sur les personnes, trafic de stupéfiants, l'école peut regrouper toutes formes de violence. Jean-Louis Baglan indique cependant que le premier degrés signale de plus en plus de faits de violence. "On en sait pas encore si il s'agit d'une vraie évolution ou bien, les directeurs d'école sont plus sensibles au signalement", admet-il.

Si aucun fait marquant n'a été signalé par Marc Cimamonti, le procureur de Lyon, les forces de l'ordre sont particulièrement vigilantes à deux phénomènes : les intrusions de personnes extérieures dans les établissements scolaires, "un véritable fléau", reconnaît-on. Par ailleurs, des trafics de stupéfiants ont été démantelés, notamment dans l'ouest lyonnais. Enfin les principaux faits de violence, pour les 2/3, se retrouvent dans les collèges.

à lire également
Nicolas Simiot © Antoine Merlet
À l’approche de la mobilisation du 5 décembre, Lyon Capitale a rencontré Nicolas Simiot, enseignant villeurbannais élu du syndicat SE-Unsa. Réforme des retraites, Gilets jaunes, Stylos rouges, laïcité, mais surtout rôle de l’école…, ce professeur des écoles au parcours atypique n’élude aucun sujet, bien décidé à ne pas attendre “que l’eau boue” pour réclamer que l’on “change de logique”. Notre entretien “Grande gueule” de décembre.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut