La Ville du Futur

S’intéresser à la ville du futur ne consiste pas seulement à échafauder des scénarios avec des voitures volantes et des robots humanoïdes dans un décor digne du Cinquième élément de Luc Besson. Enfant, on nous promettait cet avenir de science-fiction avec un horizon fixé : l’an 2000. Mais en 2009 les voitures touchent toujours terre, obstinément.

Notre vision du futur s’est alors passablement assagie. Une des explications tient au fait que nous savons, inconsciemment sans doute, que le futur est à portée de main et qu’il se prépare tous les jours autour de nous. Familiarisé avec les innovations des technologies numériques, nous n’avons plus vraiment besoin de faire appel à l’imagination la plus débridée pour se projeter. Ce qui ne signifie pas que l’avenir ne réserve plus de surprises, bien au contraire.

Et Lyon a un rôle particulier dans cette construction de la ville du futur avec la première application de ce que rendent possible les technologies numériques dans l’espace urbain : Vélo’v. Sans trop en prendre la mesure, les lyonnais ont lancé la ville numérique, la ville 2.0. Et c’est là le bouleversement le plus impressionnant de la ville de demain. Car à côté des infrastructures de béton, d’acier et de transports vient s’ajouter “l’infostructure” des technologies de l’information : puces et capteurs vont quitter les ordinateurs et les téléphones mobiles pour investir l’espace public ; le mobilier urbain est promis à une architecture “high tech” avec écrans tactiles et connexions Internet. La ville du futur rendra possible la rencontre de l’espace physique urbain à l’espace virtuel de chacun grâce aux puces RFID qui nous permettront de récupérer des données à distance. Je pourrai par exemple voir instantanément si des amis sont dans la rue à côté et aller boire un verre avec eux ou fuir le quartier, c’est selon.

Le danger est de transformer l’espace public en gigantesque laboratoire de la surveillance. La vigilance s’impose. Et Lyon Capitale a voulu porter la vigilance sur un autre point : le développement durable, grande tarte à la crème préparée à toutes les sauces des projets urbains d’aujourd’hui. Nécessairement, les villes du futur devront être écolos et vertes. Mais nous nous sommes demandés si la ville durable ne portait pas le risque d’exclure les populations les plus pauvres et de favoriser une nouvelle ségrégation sociale.

Ce dossier n’est pas qu’un grand roman d’anticipation. Lyon Capitale s’est penché sur le futur (proche) de Lyon. à quoi ressemblera la ville à la fin du mandat de Gérard Collomb ? Lyon et Saint-Etienne vont-elles fusionner ? Lyon sera-t-elle toujours attractive ? Car la ville du futur n’est pas qu’une question de technologie ; elle est aussi et surtout une affaire politique !

Sommaire du dossier :

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut