La société Agilis se charge de la conception et de l’application de la peinture anti-chaleur dans le 7e arrondissement de Lyon

La Métropole de Lyon lance l'expérience d'une peinture isolante au sol pour lutter contre la chaleur

Mercredi 7 juillet, une partie du trottoir de la rue Béchevelin dans le 7ème arrondissement a été recouverte d'une peinture anti-chaleur. La Métropole de Lyon va mesurer pendant un an l'impact de cette peinture sur les fortes chaleurs.

Avec le retour de l'été et des canicules, le problème de la création d'îlots de chaleur à Lyon refait surface. Dans un environnement goudronné et bétonné, les températures grimpent plus vite que dans des zones moins urbanisées, et la chaleur s'évacue mal le soir. Les villes peuvent enregistrer jusqu'à quatre degrés de plus.

Pour trouver des solutions face à ce problème, la Métropole de Lyon lance une expérimentation d'un an, sur un bout de trottoir du 7ème arrondissement, rue Béchevelin, avec l'application d'une peinture isolante au sol.

Lutter contre la chaleur

Appelée "Climat'ROAD", cette peinture est composée de minuscules billes de céramiques, constituées de vide. "C'est ce vide qui crée l'isolation", explique Sonia Turmel, agente au service voirie qui est à l'origine de l'initiative. "Cette peinture est une des solutions applicable à court terme pour limiter les îlots de chaleur. L'avantage de la peinture c'est que cela ne demande pas de travaux", affirme l'ingénieure, qui a étudié ce genre de revêtement dans le cadre de son mémoire de fin d'études.

La préparation de la peinture anti-chaleur par la société Agilis

Cette peinture est déjà testée à Paris dans un espace de 20m². Ici, à Lyon, ce sont 100m² qui ont été recouverts. La peinture est censée être ocre, mais elle apparait blanche, et serait presque aveuglante. "J'ai choisi un ton ocre pour que cela ressemble au béton désactivé que l'on retrouve dans le 7e arrondissement. Mais j'ai choisi sur un nuancier et la couleur est plus claire que ce que je pensais. Avec l'usage, la couleur va vivre et se ternir, mais pour une prochaine application je sais que je pourrais me tourner vers une couleur plus chaude", détaille l'agente de la voirie. À savoir que la couleur n'influence pas sur la perte de chaleur.

D'après les premières mesures, la peinture permet une diminution de 10 degrés de la température au sol et jusqu'à un mètre au-dessus, affirme Sonia Turmel. Au toucher, la différence de température entre la zone recouverte de peinture et le trottoir classique est flagrante, alors que le soleil de 13 heures tapait directement dans la rue.

Une innovation

"C'est une question climatique, de bien-être des habitants mais aussi d'innovation. La responsabilité de la Métropole de Lyon est de permettre aux entreprises de faire des expérimentations sur notre territoire", avance Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon. En lien avec l'entreprise Agilis, qui fabrique et pose la peinture, la Métropole va mesurer de manière hebdomadaire la température et différents paramètres dans la zone de test.

Sonia Turmel, agente de voirie à l'origine de l'idée de la peinture anti-chaleur aux côtés de la société Agilis, de Bruno Bernard, président de la Métropole et de Fanny Dubot, maire du 7e arrondissement

"On va regarder comment ça se passe en terme d'entretien, de gain de température, de glissance, pour éventuellement le déployer ailleurs", explique le président de la Métropole. Des tests seront aussi réalisés en laboratoire, avec l'application de la peinture sur une plaque équipée de capteurs au-dessous et au-dessus de la couche de peinture, explique Sonia Turmel.

Avant la véritable mise sur le marché et application de cette peinture à plus grande échelle, le coût est estimé à environ 20€ du mètre carré, selon la Métropole qui indique que le coût peut encore évoluer. "La formule de la peinture a été trouvée assez rapidement et c'est notre première expérimentation. Ce qui nous intéresse c'est de pouvoir récupérer es résultats des capteurs de la Métropole", explique Marion Pelletier, chargée de communication à Agilis. "On va en appliquer aussi ailleurs, il y a une énorme demandes des villes", ajoute-t-elle. La ville d'Avignon serait notamment intéressée.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut