Incident nucléaire au CEA de Grenoble

Ce jour-là, au CEA de Grenoble, l'un des cinq centres civils français du Commissariat à l'énergie atomique, une anomalie est constatée sur l'une des balises de surveillance de la radioactivité. Les agents d'exploitation de la station et le service de radioprotection, de sûreté et de l'environnement (SRSE) ont constaté qu'elle était à l'arrêt depuis le 22 septembre dernier, période durant laquelle plusieurs opérations de reconditionnement de déchets de faible activité et de très faible activité. Le 7 juillet dernier, au Tricastin (Drôme), la balise de surveillance de la radiactivité de la centrale nucléaire était aussi tombé en panne. 74 kilos d'uranium s'étaient devérsés dans l'environnement. Comme le 7 juillet, l'exploitant du site a tardé à communiquer.

Dans un communiqué de presse de vendredi 2 octobre, le CEA de Grenoble indique que " l'événement n'a (...) eu aucune conséquence ni sur le personnel ni sur l'environnement ". Il a néanmoins été classé au niveau de l'échelle internationale INES (qui en compte 7).

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut