Crédits: Union européenne – contient des données Copernicus Sentinel 2019 modifiées

Incendies à Tchernobyl : quels impacts en Auvergne-Rhône-Alpes ?

À partir du 4 avril, des incendies ont eu lieu dans des forêts à proximité de la centrale nucléaire de Tchernobyl. La fumée radioactive dégagée a-t-elle eu un impact dans la région Auvergne-Rhône-Alpes ? 

Durant près de dix jours, des incendies ont eu lieu dans des forêts en bordure de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine. Les fumées qui s'en dégageaient pouvaient être radioactives. Rapidement, la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) s'est emparée du dossier pour surveiller l'évolution de la situation.

"Ces incendies ont entraîné une augmentation ponctuelle de plus de 700 fois de la concentration en césium 137 (NDLR : un élément radioactif) dans l’air de la ville de Kiev située à plus de 100 kilomètres au sud de la centrale de Tchernobyl", précise la CRIIRAD, qui s'interroge sur l'exposition des pompiers et habitants à proximité. 

Selon la CRIIRAD, les masses d'air en provenance de la zone ont pu atteindre la France "en début de semaine dernière", "mais avec des niveaux de contamination très faibles et difficiles à mesurer". L'analyse des balises de surveillance exploitée par la CRIIRAD à Montélimar et Romans-sur-Isère dans la Drôme montre que "l’activité volumique du césium 137 dans l’air ambiant est restée très faible, en dessous des limites de détection". La CRIIRAD poursuit sa surveillance, tout en constatant que les dernières images satellites montrent que les incendies à proximité de la centrale sont circonscrits. 

 

4 commentaires
  1. ryndoja - 15 avril 2020

    "Quels impacts en Auvergne-Rhône-Alpes ?" Aucun.

    Prendre les infos auprès des gens dont c'est le travail (par exemple l'IRSN : https://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20200407_NI-Tchernobyl-ukraine-Incendie-zone-exclusion-impact-possible-france.aspx) permet d'avoir des informations neutres, contrairement à celles de la CRIIRAD qui sont souvent très biaisées. Et ces informations indiquent que même à Kiev, sur un capteur placé à l'ambassade, les niveaux de radiations sont quasiment inchangés.

    Et ce n'est pas parce que c'est 700 fois plus élevé que c'est dangereux. Quelques dizaines de nanosieverts par heure, c'est toujours cent fois mois que dans un avion.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 15 avril 2020

      Tiens ? " SOS nucléaire en faillite " nous informe... avec une page qui date du 07/04/2020 donc, pas des nouvelles bien fraîches. Et un décalage de date par rapport à la CRIIRAD.
      Sinon, je vous conseille d'aller sur la page de l'IRSN et de comprendre les infos de la page qu'ils donnent :

      "Les résultats de ces mesures seront publiés par l’IRSN et rendues disponibles sur le site internet du Réseau National de Mesures de la radioactivité de l’environnement (RNM www mesure-radioactivite fr)."

      Carte incompréhensible.
      Tout l'art de la "communication embrouille".
      😀

      1. ryndoja - 15 avril 2020

        Si vous voulez des nouvelles fraîches, l'IRSN vient de faire une point de mise à jour. https://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20200415_NI-Tchernobyl-ukraine-Incendie-zone-exclusion-impacts-possibles.aspx

        Et pour ce qui est de la carte, je ne vois pas ce qu'elle a d'incompréhensible. Je ne vais pas m'abaisser à de l'attaque ad hominem comme vous, mais simplement vous indiquer qu'il suffit de cliquer sur n'importe quel point de mesure pour en voir l'historique des mesures (les violets pour les mesures de l'air par exemple). Et pour l'instant, il n'y a rien à voir: aucune variation perceptible de la radioactivité en France.

        Il y a peut être un décalage de date, mais en attendant, on est sur du factuel, contrairement à la CRIIRAD qui elle communique à grand renforts de "700 fois" effrayants sans expliquer ce que les chiffres signifient.

        Et je vais le faire, moi, tiens : le pic mentionné par la CRIIRAD dans son communiqué (https://balises.criirad.org/pdf/200415_CPCRIIRAD_Radioactivite_incendies_Tchernobyl.pdf) indique 5 à 7 millibecquerels par mètre cube de Cesium 137 dans l'air. Le facteur de dose du Cs 137 par inhalation étant de 0.0087 millisieverts par kilobecquerel (cf. https://www.laradioactivite.com/site/pages/facteursdedose.htm) cela nous donne 0.061 nanosieverts par mètre cube d'air (pour la pire valeur de 7 mBq). En considérant que le volume pulmonaire est de 3L (probablement surévalué), qu'un adulte respire 20 fois par minute (probablement surévalué) donc 1200 fois par heure, cela nous donne 3.6 mètres cubes d'air respiré. Et donc, notre adulte reçoit une dose au maximum de 0.22 nanosieverts par heure. Ou encore 0.000022 millisieverts par heure. Ce ne sont que des multiplications et des divisions.

        Il faudrait passer 10000 heures (14 mois) à respirer cet air pour que cette dose de radiation corresponde à une heure en avion. Bref, ces chiffres ne disent rien.

        Attention, hein. Je ne dis pas que la situation n'exige pas qu'on y porte une attention particulière. Je reviens juste sur le discours de peur et sur ce que sont réellement les risques.

        Je ne suis pas particulièrement pro nucléaire, mais quand on exploite des chiffres et des notions pas si complexes pour faire peur aux gens, et surtout satisfaire un agenda politique, ça m'énerve.

        1. Abolition_de_la_monnaie - 16 avril 2020

          Merci pour ce nouveau lien pour le 15 avril.

          "............Je ne vais pas m'abaisser à de l'attaque ad hominem comme vous............"

          voyons voyons, ne soyez pas paranoïaque parce que je fais partie des anti-nucléaires. Je n'ai fait aucune attaque perso.

          "....................Il faudrait passer 10000 heures (14 mois) à respirer cet air pour que cette dose de radiation corresponde à une heure en avion. Bref, ces chiffres ne disent rien........................."

          oui, vos chiffres ne disent rien, parce que vous comparer une radioactivité inhalée (la plus toxique et mortelle qui soit) avec un bombardement du corps humain par différents rayons ! 😀

          Sinon, en regardant de près votre lien, on s'aperçoit que.... y'a pas le suivi de la balise de Kiev... pourquoi ? Dans le 1er lien ils en parlent pour dire que ça ne risquait rien, et là... pas de suivi ? 😀

          Ensuite, on peut dire que les infos sont un peu floues. Leur sémantique :
          "........L’IRSN a fait une estimation par modélisation........."
          Plutôt qu'une estimation, on aimerait les chiffres réels.

          Par contre, la vidéo dessous est assez parlante, surtout pour la partie "rouge".
          Mais bon, on s'en fout vu que c'est allé dans les pays de l'Est et que nous on a eu que "du jaune" ! 😀

          "...................Je ne suis pas particulièrement pro nucléaire.................."

          De toute manière, vous êtes libre de l'être, ce n'est pas le problème.
          Mais vu votre manière de calculer et de jongler avec les unités différentes, je doute que vous ne soyez pas du métier.
          🙂

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut