Henri-Michel Comet dans la “continuité” de Michel Delpuech

Lors de sa présentation à la presse, le nouveau préfet du Rhône a souligné sa volonté de continuité dans l’application de la politique nationale. Henri-Michel Comet a également souligné son attachement à l’aménagement et à la cohésion des territoires.

"Cohésion" des territoires et "continuité" de l'action de son prédécesseur. Tels étaient les deux thèmes clés du discours d’Henri-Michel Comet, ce mardi matin, à la préfecture du Rhône. Michel Delpuech parti pour la capitale, le nouveau préfet du Rhône et de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait convié la presse locale pour se présenter, au lendemain de sa prise de fonction.

Fraîchement arrivé de Loire-Atlantique, Henri-Michel Comet a mis en avant, dans cet exercice de communication maîtrisée, trois axes de travail : “les sécurités”, dans l'exercice de protection des populations évidemment, soulignant la préoccupation environnementale notamment, mais aussi la cohésion des territoires et l'accompagnement de leur développement. Le nouveau préfet a évoqué à plusieurs reprises un territoire "de grand dynamisme", "ressort de création" en matière économique mais aussi culturelle.

Appliquer la politique nationale

Pour le reste, Henri-Michel Comet a martelé sa fonction d'application stricte de la loi. "Il y a une politique nationale que nous appliquerons", a déclaré le nouveau préfet, interrogé notamment sur la clause Molière de Laurent Wauquiez. Une tâche qu'il entreprendra "avec ardeur" et dans la continuité de son prédécesseur. Henri-Michel Comet évoquait d'ailleurs les rendez-vous pris à ces fins avec les différents ministres. Notamment avec Emmanuelle Cosse, en visite à Lyon hier, avec qui il s'entretiendra prochainement sur la question du logement.

À 60 ans, Henri-Michel Comet a déjà été préfet de la Somme et de la région Picardie, de Haute-Garonne et de la région Midi-Pyrénées, ainsi que de Loire-Atlantique et de la région Pays-de-la-Loire, après un passage au ministère de l'Intérieur de 2009 à 2011. Il a également fait partie du cabinet du Premier ministre pendant quelques semaines en 2007. Avant cela, Henri-Michel Comet avait déjà embrassé une carrière "dans la préfectorale". Carrière au cours de laquelle il a été confronté à la gestion de l'affaire Merah en 2012 à Toulouse ou encore aux oppositions au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

"Un parcours classique", pour celui qui se dit "attaché à la cohésion des territoires". "Je conçois la France comme une et indivisible mais avec la volonté de porter ses territoires, d'aider leur population." Avec un souci, dans l'exercice à venir de ses fonctions, d'équilibre entre la métropole de Lyon, le département du Rhône et les autres départements. Henri-Michel Comet a répété son attachement aux questions d'aménagement du territoire.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut