Manifestation de Gilets jaunes à Lyon en janvier 2019 © Antoine Sillières

Gilets jaunes et Amphi Z : un samedi chargé en mobilisations à Lyon

Les gilets jaunes font leur rentrée ce samedi 7 septembre. Rendez-vous à 14h place Bellecour pour un acte 43, premier acte d'un mois de septembre annoncé "noir". En parallèle, une manifestation partira de la métropole contre l'expulsions des squats, et notamment l'Amphi Z.

C'est la rentrée aussi pour les gilets jaunes. Ce samedi 7 septembre, l'acte 43 réunira différents groupes de la région Auvergne-Rhône-Alpes à partir de 14h place Bellecour. D'après les différents événements Facebook, quelques milliers de manifestants sont attendus.Cette mobilisation doit marquer la reprise du mouvement après un été plutôt calme. A Givors, la mobilisation a déjà commencé. Comme à leur habitude, les gilets jaunes givordins se sont retrouvés ce matin sur le rond-point à proximité du centre commercial des 2 Vallées.

Un mois de septembre en noir et jaune. "L'été touche à sa fin. Pas la lutte. C'est la rentrée des clashs. On prépare son cartable (masque à gaz, lunette, pot de peinture, fumigène) et on reprend la route de l'école de la vie !", peut-on lire en guise d'introduction sur un événement Facebook. Un avant-goût de la manifestation nationale prévue à Lyon le samedi 14 septembre.

Ce sera donc un "septembre noir", placé sous le signe de la convergence des luttes. Aux côtés des gilets jaunes, le secteur public et les écolos seront de la partie avec plusieurs dates de mobilisations annoncées en septembre. En parallèle de la mobilisation des gilets jaunes, une manifestation est annoncée ce samedi contre les expulsions de squats. En particulier pour défendre l'Amphi Z, menacé d'expulsion depuis le 1er septembre dernier. Pour rappel, ce squat héberge depuis près de deux ans environ 200 migrants à Villeurbanne. Un cortège partira à 14h de la métropole jusqu'à la préfecture, "pour exiger un logement et des papiers pour tou.te.s" d'après le communiqué.

Villeurbanne  : un squat autogéré par les migrants

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut