Fuite du Bugey : Pas de restriction d'eau

Une centaine de litres d'huile sont déversées dans le Rhône jusqu'au barrage de Jons, obligeant la direction du Grand Lyon à fermer les vannes habituelles pour éviter de contaminer les berges du canal de Miribel. Selon Serge Blond, directeur-adjoint de la centrale, le dysfonctionnement viendrait d'un déshuileur (chargé de séparer l'huile et l'eau) qui aurait débordé sans que l'alarme ne se soit déclenchée. " Le système automatique censé arrêter le déversement de l'eau quand le niveau est haut n'a pas fonctionné. C'est un problème de machine, pas d'homme. Une analyse approfondie a été lancée pour comprendre le non-déclenchement de l'alarme ". D'après Serge Blond, c'est la première fois que ce type d'incident arrive au Bugey.
Conséquence, le Grand Lyon a dû faire tourner l'usine de secours de Rillieux et utiliser l'eau stockée dans les nombreux châteaux d'eau de l'agglomération. Selon Véolia, aucune crainte pour le consommateur : " L'usine de Rilleux ne fonctionne qu'à moitié pour l'instant. Il n'y a aucun risque de restriction d'eau. " Un contrôle doit être effectué ce vendredi afin de déterminer la qualité de l'eau et de rouvrir éventuellement les vannes.
Mais pour l'association Sortir du Nucléaire, cet incident " n'est pas anodin " et rappelle que " contrairement à ce que répète Areva, le nucléaire est une source de pollution permanente. Depuis septembre, il y a déjà eu plusieurs fuites, notamment à Chinon. On est loin d'une énergie propre. Il faut se le dire, le nucléaire utilise des produits chimiques. "

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut