Bouchon sur le pont de la Mulatière © Tim Douet
© Tim Douet

Fin des véhicules diesel à Lyon : quelles aides pour changer de voiture ?

La métropole de Lyon souhaite en finir avec les véhicules diesel d'ici 2026 et étendre la zone à faible émissions (ZFE) dès mars 2021. Comment changer son véhicule pour un moins polluant ?

Les véhicules diesel seront-ils prochainement interdits à la circulation à Lyon ? C'est l'un des objectifs affiché par la métropole de Lyon : la fin des véhicules diesel d'ici 2026. Depuis le 1er janvier 2020, une zone à faible émissions (ZFE) a été mise en place pour limier la circulation des véhicules les plus polluants. La zone recouvre Lyon, Villeurbanne et Caluire.

Lire aussi : Lyon : amende, véhicules interdits... tout savoir sur la ZFE

Ainsi, les utilitaires professionnels étiquetés avec une vignette Crit'Air 4, 5 ou sans vignette n'ont plus le droit de circuler dans ce périmètre. Au 1er janvier 2021, ce sera au tour des véhicules professionnels avec une vignette Crit'Air 3. Le nouvel exécutif métropolitain veut durcir les règles en rendant cette ZFE accessible aux seuls véhicules munis de vignettes Crit'Air 0 et 1. Les véhicules les moins polluants donc, autrement dit les plus récents sur le marché de l'automobile. Dès lors, que faire de sa Renault Twingo des années 2000 qui consomme 10 litres aux 100 kilomètres ou de sa vieille Dacia Logan qui ne jure que par le diesel ?

Au niveau métropolitain, rien pour les particuliers ?

Pour le moment, pour les particuliers, la métropole de Lyon mise sur le remplacement des voitures polluantes par l'utilisation des transports en commun, le covoiturage ou les modes doux (vélo, marche à pied...). Le président de la métropole, Bruno Bernard, a évoqué dans divers médias la possibilité de mettre en place différentes aides pour soutenir les particuliers qui devront changer de véhicule, sans rien de concret jusqu'à présent.

Les professionnels, eux, ont droit à quelques aides métropolitaines pour changer leurs véhicules. Les TPE et PME de moins de 250 salariés qui se situent dans la métropole de Lyon peuvent bénéficier de 5000€ à 8000€ pour l'achat d'un véhicule utilitaire léger 100 % GNV-GNL, 100 % électrique ou 100 % hydrogène. Pour les poids-lourds, l'aide financière peut monter jusqu'à 13 000€ pour les camions 100 % hydrogène. Les catégories de véhicules professionnels suivantes ne sont pas concernées par les restrictions de la ZFE : véhicules d'intérêt général prioritaires, du ministère de la défense ou de la sécurité civile, les convois exceptionnels, utilisés pour les personnes en situation de handicap ou encore les VASP.

Troquer sa voiture contre un vélo ?

Pour les petits déplacements, la métropole de Lyon propose une aide financière pour investir dans un vélo acheté sur le territoire métropolitain. Mais pas n'importe lequel : un vélo électrique, un vélo pliant ou un vélo cargo. De quoi affronter les chaussées lyonnaises, y compris les pentes de la Croix-Rousse, et même faire ses courses avec. Pour les vélos neufs ou d'occasion achetés entre le 17 mars et le 31 décembre 2020, il est possible de recevoir une aide correspondant à la moitié du prix TTC, dans une limite de 500€ maximum. Pour ceux achetés avant le 17 mars 2020, la métropole accorde une aide de 100€ maximum. Ces aides sont accessibles à tous les Grands Lyonnais et ne sont pas soumises à conditions de ressources mais limitées à une seule aide par personne et pour une durée de 4 ans. Elles sont en revanche cumulables avec les aides de l'Etat.

Lire aussi : Fin des véhicules diesel à Lyon d'ici 2026 : une association dénonce une "surenchère écologiste"

Au niveau national

Au niveau national, des recours existent. Les particuliers souhaitant remplacer leur véhicule par un moins polluant peuvent bénéficier d'une prime à la conversion. Celle-ci est accessible aux personnes domiciliées en France, et son montant dépend du revenu fiscal de référence par part, selon qu'il est inférieur ou supérieur à 13 489€, et de l'ancien véhicule. Celui-ci doit être une voiture particulière ou une camionnette, avoir été immatriculé pour la première fois avant janvier 2006 pour une essence ou avant janvier 2011 pour un diesel et appartenir au bénéficiaire de la prime depuis au moins un an. Il doit être remis pour destruction dans les trois mois avant la facturation du nouveau véhicule ou dans les six mois suivant cette date.

Le nouveau véhicule doit lui aussi remplir des critères précis pour que son propriétaire puisse bénéficier de la prime. Il peut s'agir d'un véhicule électrique (taux de CO2 ⩽ 20g/km), hybride rechargeable (taux de CO2 ⩽ 50g/km) ou même thermique (taux de CO2 compris entre 51g et 137g/km) s'il est classé Crit'Air 1 ou Crit'Air 2 mais immatriculé après le 1er septembre 2019 dans ce dernier cas. Le véhicule choisi doit être acheté ou loué pour au moins deux ans, doit coûter moins de 60 000€ et ne doit pas être revendu dans les six mois ou avant d'avoir parcouru au minimum 6000 kilomètres. Si l'ancien et le nouveau véhicule remplissent ces (nombreux) critères, un simulateur est disponible sur le site du gouvernement pour estimer le montant de l'aide qui pourrait être versée. Par exemple, pour une personne ayant un revenu fiscal de référence inférieur à 13 489€, souhaitant changer une voiture diesel immatriculée en 2010 contre une essence d'occasion classée Crit'Air 1, la prime de conversion peut aller jusqu'à 3000€.

Pour l'achat d'un véhicule propre, une voiture ou une camionnette électriques ou hybrides rechargeables, un bonus écologique peut être versé. Dans le cas d'une voiture électrique par exemple, qui a coûté moins de 45 000€, le bonus est plafonné à 7000€. Ce bonus est cumulable avec la prime à la conversion.

10 commentaires
  1. raslebol69 - mar 8 Déc 20 à 13 h 25

    "que faire de sa Renault Twingo des années 2000 qui consomme 10 litres aux 100 kilomètres": totalement faux, la Twingo essence des années 2000 consomme moins de 5 litres aux 100km. Vous confondez avec la grosse et lourdes Mercédès de la même époque.

    1. Abolition_de_la_monnaie - mar 8 Déc 20 à 14 h 16

      Consommation urbaine 7,70 l / 100 km (chiffres officiels / voir la réalité :D)

  2. ines perret - mar 8 Déc 20 à 15 h 16

    Seul hic, le CO2 qui sert de critère à Crit'air n'est pas un polluant...
    Tout ceci est délirant

  3. Boris - mar 8 Déc 20 à 18 h 47

    Que propose t'on pour ceux qui habitent dans la ZFE?
    J'habite dans Lyon justement pour ne pas a avoir a utiliser mon véhicule au quotidien, courses et trajet domicile-travail en vélo (c'est le moins chère et le plus rapide). Sachant que se loger proche de son lieu de travail représente un coût exorbitant dans Lyon, me concernant c'est OU logement OU voiture.
    Malheureusement j'ai besoin de me rendre en zone "rurale" plutôt éloignée et pour cela mon vieux véhicule thermique faiblement kilométré répond très bien au besoin pour pas chère, j'entrevois donc les solutions suivantes:
    ->Je mets mon véhicule dans le tram,
    ->Je reste assigné à résidence,
    ->Je stock mon véhicule en périphérie et je transporte tout le contenu du coffre dans les transports en commun avec un chariot,
    ->Je déménage en périphérie et je fais tous les jours des trajets en transports en commun
    ...

    1. Abolition_de_la_monnaie - mer 9 Déc 20 à 14 h 49

      Non, le mieux c'est de cracher sur les générations futures en raisonnant "moi d'abord avec le fric à court terme". 🙂

      1. Boris - jeu 10 Déc 20 à 18 h 41

        Et bien merci pour cette solution concrète que je vais étudier même si je suis dubitatif pour sa compatibilité avec le port du masque.

  4. Laisseznousvivre - mar 8 Déc 20 à 21 h 20

    Une Twingo des années 2000 consomme 7L/100Km maximum en ville (et donc moins si on ne nous créait pas des bouchons artificiels) et 5,5 sur autoroute. De même qu'avec moins d'une tonne et des pneus de 14pouces, 155mm de large, les particules liées à l'usure des freins et des pneus est bien moindre que nos voitures alourdies depuis 20ans.

    Encore la preuve qu'il y a trop d'ignorance dans le domaine automobile au sein des nos décideurs et des journalistes qui relaient leurs infos en ajoutant encore leur ignorance sans même chercher à vérifier leurs dires. Sachez à titre d'exemple qu'une Citroen Bx (essence) des années 80 bien entretenue pollue moins au Km qu'un SUV moyenne gamme, parole de controleur technique. Et on ne parle même pas de l'amortissement carbone du véhicule au bout de 30 ans par rapport à un Néme véhicule neuf de fabriqué.

    Alors interdire le diesel, aussi arbitraire que ce soit, c'est techniquement une bonne idée, mais pourquoi mettre les "vieilles" essences dans le lot? Et puis c'est sympathique pour les 70% de Français qu'on encouragé pendant 40ans à les choisir avec une sous-taxation à la pompe. Maintenant on le leur fait payer (comme d'hab'). D'autant qu'avec le surcoût à l'achat, une motorisation diesel n'était rentable qu'à condition de faire 10000Km par an pendant 5 an. Qu'on m'explique la Smart Fortwo diesel alors.

    Enfin bref, des comme ça j'en ai des tonnes. Si seulement, là-haut au gouvernement, ils pouvaient nous entendre et penser un peu plus technique et pratique, que Cretin'Air et démagogie pour faire acheter des voitures neuves déprimantes à des constructeurs mis à l'agonie par des normes castratrices et non efficaces. On parle du Dieselgate, et de l'Hybridgate?

  5. Cameleon - mer 9 Déc 20 à 8 h 17

    Les critères que vous donnez ne sont pas bon car même si vous êtes éligible au niveau fiscale vous ne l'êtes plus avec un véhicule crit'air 1 et moins de 135g.. Seul les véhicules de moins de 50gr de co2 le sont! Famille modeste habitant en immeuble démerdez vous !

  6. Limas69 - mer 9 Déc 20 à 14 h 32

    Ce que fait une loi, une autre loi peut le défaire. Il convient de ne pas s'abstenir en masse aux prochaines élections ... la prochaine étape sera-t-elle la suppression du Crit'Air 1 en ville ??? le tout électrique ... en fermant les centrales nucléaires ??? On fait comment demain ???

    1. Abolition_de_la_monnaie - mer 9 Déc 20 à 14 h 47

      On prend son vélo et en arrête de se prendre pour des dieux qui veulent tout et tout de suite 🙂
      Lorsqu'une société marche sur la tête, le but ne doit pas être d'apprendre à marcher sur la tête mais de modifier grandement cette société.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut