Vignette Crit’Air ©DR

Fin des véhicules diesel à Lyon d'ici 2026 : une association dénonce une "surenchère écologiste"

Les véhicules diesel pourraient ne plus pouvoir circuler d'ici 2026 à Lyon, selon les souhaits du président de la Métropole, Bruno Bernard. Cela représente 70 % du parc automobile actuel dans la Métropole de Lyon. L'association « 40 millions d'automobilistes » est vent debout et dénonce une surenchère écologiste.

La Métropole de Lyon a créée une zone à faibles émissions (ZFE) pour réduire les émissions polluantes et améliorer la qualité de l’air sur le territoire. Ainsi, depuis le 1er janvier 2020, les camions et camionnettes professionnels ayant des vignettes Crit'air 4, 5 ou non classés sont interdits à l'intérieur du périmètre, en gros à Lyon, Villeurbanne et Caluire. À partir du 1er janvier 2021, les véhicules professionnels munis de vignettes Crit'Air 3 ne seront plus autorisés dans le périmètre.

Arrivés au pouvoir en juin 2020, les écologistes veulent élargir ce périmètre. Et aussi faire évoluer les conditions d'accès. L'objectif du président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, est la sortie du diesel d'ici la fin du mandat, en 2026, avec l'autorisation de circuler dans le nouveau périmètre pour les seuls véhicules disposants des vignettes Crit'Air 0 et 1. Ce nouveau dispositif serait étendu, aussi, aux particuliers. "C'est une priorité absolue", martèle Bruno Bernard dans Le Parisien/Aujourd'hui en France. Cela représente 70 % du parc automobile actuel de la Métropole de Lyon... soit 400 000 véhicules.

"Une ségrégation des populations par l'argent"

L'association "40 millions d'automobilistes" dénonce "une surenchère écologiste via des mesures purement idéologiques, à l'heure où les organes de dépollution des véhicules thermiques n'ont jamais été si performants et où la fiscalité écologique imposée par le gouvernement aggrave la précarité des ménages les plus modestes".

"Pire : derrière cette apparente bien-pensance, c'est en fait une ségrégation des populations par l'argent qui se profile. Car interdire la circulation aux voitures anciennes et à celles jugées polluantes, c'est interdire l'accès des villes aux foyers les plus modestes, qui n'ont ni les moyens d'acheter un véhicule électrique ou thermique récent, ni d'habiter en centre-ville. Je suis sidéré de vivre une telle époque, où l'on cautionne le clivage les gens en fonction de leurs moyens financiers", explique Pierre Chasseray, le directeur général de "40 millions d'automobilistes".

Un vote dès mars 2021 ?

Un comité de pilotage de la ZFE ( zone à faibles émissions) s'est réuni courant novembre. En discussions, donc, l'élargissement du périmètre mais aussi l'évolution des conditions d'accès. Les conclusions seront soumises à un vote à la Métropole de Lyon, où les écologistes ont une large majorité, en mars 2021.

Lire aussi : Métropole de Lyon : vers la fin des véhicules diesel à Lyon d'ici 2026 ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut