Faux policiers, faux agents des eaux, et maintenant faux dératisateurs

Décines, Meyzieu, L'Arbresle, Saint-Priest et cette semaine, Villeurbanne. A chaque fois, ce sont des personnes âgées de 70 à 85 ans qui sont les cibles. Le directeur de la sureté départementale Jean-Marc Rebouillat, signale une recrudescence des vols par ruse dans le Rhône. Cinq affaires en deux semaines, autant d'enquêtes ouvertes et toujours le même mode opératoire.

A Saint-Priest, le 26 octobre, un prétendu agent des eaux sonne chez une dame de 70 ans. Il doit vérifier ses canalisations. Quelques minutes plus tard, deux faux policiers font irruption. Ils la préviennent de la supercherie et lui demandent de vérifier ses bijoux et son argent. A leur départ tout a disparu.

A L'Arbresle, mardi dernier, un individu se présente rue Claude Terrasse au domicile d'une dame de 88 ans. Il est plombier dit-il et vient vérifier la tuyauterie de l'évier. La dame s'en va faire des courses. Quand elle revient, elle découvre deux policiers dans son salon, ils ont été alertés par des voisins disent-ils. La porte de la maison était ouverte. Ils viennent constater le cambriolage. La dame les laisse faire. Mais quand ils repartent, elle réalise que sa carte bancaire et ses bijoux ont disparu.

A Décines le même jour, une personne âgée, rue du centre, reçoit la visite d'un faux agent des eaux. Peu après, à nouveau, un faux policier se présente. Il vient alerter la femme du subterfuge et, c'est lui qui met la main au final sur les bijoux et la carte bancaire de la vieille dame.

Enfin, il y a deux jours à Villeurbanne, c'est un faux dératisateur qui se présente au domicile de deux voisines âgées de 84 et 85 ans, rue Antoine de Saint-Exupéry. L'homme d'une cinquantaine d'années assure travailler pour la mairie. Il met la main sur 300 euros et des bijoux.

"C'est toujours pareil, affirme le commissaire divisionnaire Jean-Marc Rebouillat, les faux agents des eaux se mettent à la cuisine ou aux toilettes, humectent quelques tuyaux et demandent à la personne de surveiller le compteur. Pendant ce temps, ils visitent les chambres avant de repartir". Le faux dératisateur fonctionne bien aussi, "sous prétexte d'utiliser des produits toxiques, explique le commissaire, le voleur cantonne la personne dans une pièce et visite les chambres pendant ce temps-là". Enfin, nous apprend la police, "les faux policiers poussent parfois le vice jusqu'à passer les menottes aux faux-agents des eaux", pour plus de vraisemblance certainement.

à lire également
Coordinateur du projet Transenvir, Stéphane Frioux et son équipe vont prochainement mettre en ligne un site consacré à l'histoire des politiques de transition environnementale face aux risques environnementaux dans l'agglomération lyonnaise. Entretien avec ce maître de conférences à l'université Lyon 2 et chercheur au laboratoire Larhra. Lyon Capitale : Après la démission de Nicolas Hulot du […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut