Etudes supérieures : l'Université Lyon 2 conteste les propos de l'Unef

L'Union syndicale des étudiants de France fustigeait la suppression de 1 200 places en licence par l'Université Lyon 2. Cette dernière dément catégoriquement.

Dans un communiqué daté du 23 septembre, l'Union syndicale des étudiants de France (Unef) dénonçait la suppression par l'Université Lyon 2 de supprimer 1 200 places en licence. Le syndicat étudiant pointait du doigt un manque de budget qui touche l’enseignement supérieur mais aussi la recherche.

"Alors que depuis des années, des milliers d’étudiant·e·s  se retrouvent sans inscription à la rentrée, l’Université de Lyon 2 Lumière vote ce vendredi 23 septembre la suppression de 1 200 places en Licence" assurait le syndicat étudiant.

Lire : L'Unef Lyon annonce que l'Université Lyon 2 supprime 1200 places en licence d'ici 2023

Suite à ce communiqué, l'Université Lyon 2 a tenu à rectifier les propos de l'Unef. "Nous ne supprimons pas 1200 places de licence pour la rentrée 2023."

L'université se défend en expliquant que ce jour-là, vendredi 23 septembre, un conseil d’administration devait se dérouler à l’Université. "Un rassemblement étudiant comptant 11 personnes est venu perturber le bon déroulement de la séance, rapporte l'Université Lyon 2. Ce mouvement a exigé le retrait d’un projet de délibération proposé par l’Université pour restreindre le nombre de places à la rentrée 2023" poursuit la direction de la communication de Lyon 2, restriction rendue nécessaire par la fermeture d’un bâtiment d’enseignement pour des raisons de sécurité."

Le bâtiment en question n’est "plus accessible" suite à la commission de sécurité du 13 juin qui a listé un nombre conséquent de problèmes portant sur différents points. L'université ajoute que suite à de nombreuses alertes, depuis plusieurs années, sur l’état du bâti et les conditions d’études, l’Université souhaitait souligner, par cette décision, la "détérioration des conditions d’études et de travail, et le manque de moyens financiers pour réhabiliter, voire reconstruire ce bâtiment".
La direction de la communication assure à Lyon Capitale qu'elle n’est "plus en mesure d’accueillir autant d’étudiant.es que les années précédentes, faute de locaux habilités à héberger les enseignements (500 places en moins à la rentrée 2023)."

 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut