Gérard Collomb et Bernard Cazeneuve
© Tim Douet

En Chine, Cazeneuve accueille un train de marchandises parti de Lyon

La ligne de train Wuhan-Lyon avait été inaugurée en avril dernier, marquant la volonté des deux pays d'intensifier leurs relations commerciales. Aujourd'hui, jeudi 23 février, le premier ministre français, Bernard Cazeneuve a salué en Chine cette liaison ferroviaire "stratégique" pour l'économie du pays.

Le premier train de marchandises était parti de Chine le 6 avril dernier. Une première qui devait marquer la volonté de l'Empire du milieu d'intensifier ses relations avec la France. Après avoir parcouru près de 11 300 kilomètres, ce train de fret était arrivé à Lyon deux semaines plus tard, le 21 avril. Parti de Wuhan, il avait traversé le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne et l'Allemagne.

Lyon en première ligne des échanges commerciaux avec la Chine

Le premier ministre, Bernard Cazeneuve, était à Wuhan ce jeudi 23 février, où il a pu accueillir un train de marchandises parti de Lyon. Après avoir assisté au déchargement d'un conteneur, chargé de vins et de champagne français, il en a profité pour saluer cette initiative : "Ce train est stratégique parce qu'il renvoie à [...] l'intensification des échanges entre le continent européen et la Chine dans le cadre d'une relation faite de réciprocité, d'équilibre et d'intérêt commun."

Au total, trois trains Chine-Europe circulent chaque semaine, empruntant l'ancienne route de la soie, ce réseau commercial qui reliait les continents asiatiques et européens au 19e siècle. L'ouverture de cette ligne ferroviaire a concrétisé les ambitions de la ville de Lyon de se positionner sur le marché chinois. 80 entreprises lyonnaises étaient déjà parties se développer en Chine ces dernières années et une vingtaine d'entreprises chinoises seraient installées dans les environs de la métropole.

Une liaison beaucoup plus rapide que le transport maritime

Avantage majeur, le trajet en train dure quinze jours. C'est trois fois plus rapide que le transport maritime, avec lequel il faut compter environ 50 jours. Le coût est lui trois fois supérieur mais la liaison ouvre des perspectives pour l'industrie agroalimentaire. La France exporte, via cette ligne, des véhicules mais aussi du vin et des produits agricoles.

Lors de sa visite, Bernard Cazeneuve n'a pas manqué de souligner le potentiel "considérable" de développement que représente cette liaison Lyon-Wuhan. La part des cargaisons circulant depuis ou jusqu'à Lyon est déjà passée de 5 à 15 % depuis le mois d'avril, d'après le consulat français de Wuhan.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut