Elections métropolitaines de Lyon : Kimelfeld défie Bernard et Buffet pour un débat sur l'économie

Un consensus est apparu entre le candidat Vert, Bruno Bernard, et celui de l'alliance Droite/Collomb, François Noël Buffet, pour tenter de faire croire que le deuxième tour des élections à la métropole de Lyon ne se jouera qu'entre eux deux. Toujours candidat, le président sortant David Kimelfeld n'a pourtant pas dit son dernier mot. Il leur propose de participer à un débat à trois sur les questions économiques et de l'emploi dans la crise engendrée par le coronavirus COVID-19.

Même si certains tentent de faire croire le contraire, ces élections métropolitaines à Lyon se joueront bien entre trois candidats. De nombreux paramètres restent encore inconnus après un premier tour organisé au début de la vague de l'épidémie de coronavirus COVID-19 (avec des incertitudes autour de la participation, des réactions des électeurs sur des alliances, des conséquences sur les communes où les maires sont déjà élus, ou bien encore le 1er arrondissement de Lyon avec une seule liste...).

Trois hommes sont toujours en lice : Bruno Bernard pour l'alliance "verte-rose-rouge" regroupant EELV, la gauche, LFI et le PCF, François-Noël Buffet des Républicains, derrière lequel s'est rangé Gérard Collomb (LREM) et enfin, le président sortant David Kimelfeld (dissident ex-LREM).

Kimelfeld propose un débat

Depuis le début, Bernard comme Buffet tentent de jouer l'opposition entre les deux blocs, celui de l'écologie contre l'économie, pour tenter d'évincer Kimelfeld. Cette stratégie a échoué jusqu'à présent et seul le 28 juin au soir fera foi.

En attendant, dans un communiqué, David Kimelfeld a choisi de défier les deux autres candidats dans le cadre d'un débat sur la situation économique face à la crise engendrée par le coronavirus COVID-19. Il leur propose de confronter leur programme et idées et invite un média à se saisir de cette idée.

"La crise sanitaire inédite que nous venons de traverser aura des conséquences lourdes sur notre économie, nos emplois et l’ensemble de notre société. Nous avons fait le choix d’adapter notre projet à cette nouvelle réalité. Nous présentons chaque semaine de nouvelles propositions afin de proposer aux concitoyens des réponses concrètes aux difficultés générées par cette crise (...) il apparaît nécessaire de consacrer un moment particulier à ces questions centrales", explique le candidat

Pour Buffet comme Bernard, cette invitation, a des allures d'impasse : s'ils acceptent, la stratégie des deux blocs perd de sa force, s'ils refusent, ils prennent le risque d'être accusés d'une forme d'arrogance, voire de mépris. Par ailleurs, deux débats télévisés sur plusieurs thèmes seront organisés entre les candidats avant le deuxième tour.

à lire également
Un homme d'une trentaine d'année a été interpellé mardi à Villeurbanne après avoir tenté d'échapper à la police. Sans permis, il a refusé de s'arrêter à un contrôle de police, il a pris la fuite avant de percuter un véhicule avec notamment 2 enfants à l'intérieur.
4 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 9 juin 2020

    Impatient de voir s'il vont parler de la croissance économique permanente impossible à soutenir et dangereuse pour l'avenir de l'Humanité...
    :o)

    ça dépendra dans les débats (s'ils existent) de ceux qui posent les questions... et comme on connaît déjà le manque de mordant de la plupart des journalistes locaux vu la main mise....
    😀

  2. raslebol69 - 9 juin 2020

    Bernard refusera car sur ces questions son programme (et probablement ses idées) est vide, vide.

  3. Jol - 10 juin 2020

    Bonne idée car la presse "l'oublie" effectivement completement et les 2 autres listes font tout pour alors qu'on apas besoin d'extrémistes
    il a fait de bonne choses

  4. MichelJ - 10 juin 2020

    La ficelle est un peu grosse. Pourquoi uniquement l'économie ?

    La crise COVID a été un révélateur de l'affaiblissement de nos services publics, il a rien à dire là dessus Kimelfeld ? La crise COVID a montré l'impréparation de nos collectivités aux crises, il a rien à dire là dessus Kimelfeld ? La crise COVID a aggravé les inégalités scolaires et territoriales, il a rien à dire là dessus Kimelfeld ? La crise COVID résulte de notre voracité sur les milieux naturels, il a rien à dire là dessus Kimelfeld ?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut