Article payant

Éducation : comment éviter les conflits avec son enfant ?

Si les conflits semblent inhérents à la vie de famille, ils arrivent parfois quand on s’y attend le moins. Faut-il à tout prix chercher à les éviter ? Quelle attitude adopter pour ne pas mettre le feu aux poudres inutilement ? Comment réinstaurer l’harmonie au sein de la famille ?


Au sein du groupe familial, l’affect est roi. Il y a beaucoup d’attentes, on s’imagine que tout devrait être parfait. Les déceptions sont à la hauteur de nos exigences, ce qui exacerbe les conflits. C’est aussi en famille que l’on est censé se sentir le plus en sécurité, alors on a moins de retenue.

Nina Bataille, coache certifiée spécialisée dans les questions de bien-être au travail et en famille et autrice du livre Ces phrases à dire (ou ne pas dire) en famille (éditions Larousse), explique : “Même si c’est inconscient, l’enfant explose plus facilement devant ceux qui sont capables de tout lui pardonner, à savoir ses figures d’attachement, autrement dit ses parents.”

Par ailleurs, la famille est le lieu de prédilection des conflits non résolus. On met la poussière sous le tapis, justement pour éviter une confrontation, mais en fait rien n’est réglé. Et il suffit de pas grand-chose pour raviver les frustrations emmagasinées.




“On doit s’inquiéter d’un enfant qui fuit systématiquement les conflits. Quand il ressent une émotion négative, il a besoin de s’affirmer pour se protéger et réparer ce qui s’est passé”




Les vertus du conflit

Le conflit peut avoir du bon. Celui de faire éclater les non-dits et de régler les situations larvées. À froid, une fois que l’orage est passé, ils sont l’occasion de communiquer pour remettre les choses à plat et repartir sur de bonnes bases. “On doit s’inquiéter d’un enfant qui fuit systématiquement les conflits. Quand il ressent une émotion négative, il a besoin de s’affirmer pour se protéger et réparer ce qui s’est passé”, explique Nina Bataille. Par peur de perdre l’amour de leur enfant, certains parents évitent aussi les confrontations. Ils n’osent pas poser des limites, cèdent sur tous les plans…

Ce qui est totalement contreproductif car l’enfant a besoin d’un cadre, et il finira par en vouloir à ses parents qui n’assument pas leur autorité. Cependant, il existe des conflits stériles, engendrés par l’attitude des parents. Même munis des meilleures intentions, ils peuvent commettre des maladresses, oublier leur bienveillance et briser, pour rien, en une seconde, l’harmonie familiale. Ce sont ces conflits-là que l’on doit chercher à éviter, en changeant notre manière de communiquer avec nos enfants.

Accepter que son enfant grandisse

Beaucoup de conflits sont liés au fait que les parents ne voient pas leur enfant grandir, et ne lui laissent pas suffisamment d’autonomie. Le parent doit essayer d’être un peu souple, et revoir certaines règles pour s’adapter à l’âge de son enfant. Il faut aussi veiller aux étiquettes dont on l’affuble. Elles ont la vie dure et lui collent à la peau, même lorsqu’il grandit et qu’il change. Le cantonner à une image, le restreindre dans un rôle qu’on lui a donné depuis tout petit peut être exaspérant, ce qui ne manque pas d’occasionner des tensions.

“Lorsque le parent dit à son enfant : ‘Toi, de toute façon, tu es le rigolo (ou le sérieux ou autre) de la famille’, cela lui fait porter une charge sur ses épaules, cela le fige dans un rôle – positif ou négatif – qu’il peut ne plus vouloir endosser”, prévient Nina Bataille. “Pour mes parents, je suis toujours ‘le petit dernier’, ce qui a le don de m’agacer, se plaint Guillaume, 25 ans. Quand on se retrouve chez eux avec mon frère aîné, ils lui demandent toujours son avis, lorsque je les questionne, une fois sur deux, ils me disent : ‘Demande à ton frère, lui il sait’… Je trouve ça infantilisant, ça me vexe. Et cela énerve aussi mon frère, qui se sent gêné d’être mis sur un piédestal.”

Il vous reste 54 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut