vue de lyon la nuit
Pont du palais de justice 24 colonnes en bleu blanc rouge © Tim Douet

Eclairage des monuments à Lyon : "les biens publics ne sont pas des simples panneaux publicitaires"

La Ville de Lyon a décidé de renforcer l'éclairage des 370 sites du Plan Lumière. Insuffisant pour cet historien.

En fin de semaine dernière, à l'occasion d'une conférence de presse, Sylvain Godinot, adjoint au maire de Lyon en charge de la transition écologique et du patrimoine, confiait à Lyon Capitale avoir assoupli la limitation de l'éclairage patrimonial.

Des remontées de professionnels du secteur de l'hôtellerie-restauration aurait convaincu les élus d'illuminer davantage les monuments lyonnais. Sans communiquer, la Ville à donc décidé d'éclairer les 370 sites du Plan Lumière du jeudi au samedi de 20 h à 22 h, contre uniquement le samedi jusqu'à 23 h il y a quelques semaines.


"On a balancé 45 ans de travail de mise en valeur des monuments pour un symbole, plus qu'une véritable économie d'énergie"
Nicolas Bruno Jacquet, historien de l'architecture et de l'urbanisme


Si la mesure a globalement fait consensus, intégrée aux 18 points du plan de sobriété énergétique de la ville, pour Nicolas Bruno Jacquet, historien de l'architecture et de l'urbanisme, "six heures d'éclairage par semaine pour Lyon, ce n'est pas acceptable".

Lire aussi : Plan Lumière : Et si on éteignait tout ?

Le créateur des Promenades architecturales de Lyon a lancé une pétition et déplore "le caractère sinistre de la ville. On a balancé 45 ans de travail de mise en valeur des monuments pour un symbole, plus qu'une véritable économie d'énergie". Le montant des économies permises par le plan de sobriété devrait être connu d'ici la semaine prochaine, une réunion de premier bilan étant prévue.

Impact économique

Pour l'historien, "on peut faire de l'écologie tout en étant dans le rayonnement et ce n'est pas une histoire de droite ou de gauche. Les biens publics ne sont pas des simples panneaux publicitaires que l'on éteint et allume quand on veut". Nicolas Bruno Jacquet explique notamment que ces mesures l'ont poussé à arrêter les visites dédiées aux personnels d'entreprises.


"J'ai surtout peur que dans quelques années, on parle de la beauté de Lyon au passé..."


"Ils venaient de toute la France, faire une sortie dans Lyon avant d'aller au restaurant, détaille-t-il. Aujourd'hui, je ne peux plus le faire." Malgré le renforcement de l'éclairage, l'historien reste perplexe sur les horaires choisis : "il faut illuminer dès la tombée de la nuit pas quand les gens mangent. Je ne demande pas non plus d'éclairer les monuments toute la nuit."

Plus que sur le présent, c'est aussi et surtout sur l'avenir que portent les inquiétudes de Nicolas Bruno Jacquet. "Cela me fait mal au cœur de voir tout le travail effectué pendant des années annulé de la sorte. Et d'ajouter : j'ai surtout peur que dans quelques années, on parle de la beauté de Lyon au passé..."

Lire aussi :  Le 3e plan Lumière de Lyon, enjeux autour de l'éclairage public et privé

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut