Délégués du Médiateur, prolongés jusqu'à la fin de l'année dans le Rhône ?

Ils ne sont que neuf, le plus souvent retraités, compétents en matière de droits civil et administratif, anciens employés de l'administration et bénévoles depuis 2000 au service des administrés du département. Pourtant, ils ne sont pas sûrs d'être reconduits dans leur fonction après le 1er mai …

A leur tête une femme, Françoise Bernillon assure la coordination des délégués du médiateur de la République du Rhône. Elle tient bénévolement (seuls ses frais sont pris en charge par l'Etat) une permanence à la Maison de justice et du droit de Vaulx-en-Velin chaque vendredi. Tout un chacun peut lui rendre visite, y compris les personnes n'habitant pas sur la commune et sans rendez-vous. Son rôle est d'apporter des informations sur le fonctionnement des administrations dans le département et éventuellement d'aider les administrés lésés à déposer un recours contre ces dernières (EDF, GDF, RFF, la CAF, etc).

Les délégués du médiateur de La République sont présents dans les quartiers les plus pauvres du département : Villefranche-sur-Saône, Givors, Rillieux-la-Pape, Lyon 3e, 8e et 9e, Vénissieux et Bron. Ils assurent également trois permanences par semaine à la maison d'arrêt de Lyon Corbas.

En 2010, ils ont traité 1883 demandes dans le Rhône : 1170 informations et orientations, et 713 réclamations. Un nombre de dossiers en augmentation constante depuis dix ans, qui s'est stabilisé seulement l'année dernière. Les délégués traitent surtout des demandes d'échéanciers en cas de trop-perçu des administrations, des arrêts des poursuites en cas d'amende pour un véhicule d'occasion vendu récemment, des conflits avec GDF ou EDF, etc.

Ces anges de la République pourraient pourtant disparaître à la fin de l'année : le remplacement de leur représentant national, le médiateur de la République, par le défenseur des droits le 1er mai prochain, pourrait signifier la fin de leur mission.

"On ne connait pas encore le nouveau défenseur des droits dont l'identité n'a pas été révélée, ni la future organisation qui sera la sienne dans le Rhône", déplorait le 20 avril l'un des délégués du Rhône. Le nouveau Défenseur des droits conservera-t-il les neufs délégués présents dans le département ? "Des personnes qui ont fait leur preuve depuis onze ans et qui se sont formées à répondre à la demande du public", précise Françoise Bernillon. Selon elle "les permanences des délégués du médiateur représentent l'un des derniers lieux encore réellement ouvert au public, où l'on peut espérer être reçu immédiatement, sans rendez-vous, et obtenir une réponse rapide. On pleure beaucoup dans nos permanences", admet-t-elle. Des lieux qui apparaissent comme un refuge pour les plus précaires.

Pour l'heure, on sait seulement que le futur Défenseur des droits cumulera les fonctions de médiateur de la République, de représentant de la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde), de Défenseur des enfants et de représentant de la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS). Les délégués départementaux du Rhône espèrent "au moins prolonger leur contrat jusqu'à la fin de l'année".

à lire également
Hormis sur l'autoroute A6, sur lequel la préfecture a pris un arrêté de fermeture, aucun blocage n'est à noter dans le Rhône à la mi-journée selon les services de l'Etat. Des points de ralentissements existent en revanche, notamment sur la métropole.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut