Le centre de vaccination de Lyon à Gerland © Antoine Merlet

Coronavirus : les 1ères injections de vaccin ralentissent fortement en France, la variant Delta progresse, décryptage

La campagne de vaccination ralentit en France. Si le nombre d'injections quotidiennes est assez stable en moyenne ces derniers jours (environ 600 000 en France chaque jour), le rythme des premières injections est en chute libre. Et ce alors que le variant Delta gagne du terrain...

Dans les Landes, ce jeudi, le Premier Ministre Jean Castex s'est inquiété du fort ralentissement du nombre de rendez-vous pour les 1ères injections de vaccin en France. "Nous vaccinons 200.000 personnes par jour" en primo-injection, "c'est trop peu", a-t-il lancé. "On a fait beaucoup mieux, on doit faire beaucoup mieux", a-t-il ajouté.

Le journaliste du Parisien, Nicolas Berrod, met à jour quotidiennement des graphiques sur l'évolution de l'épidémie en France. La baisse des 1ères injections est criante ces derniers jours en France, passant de 400 000 en moyenne par jour à "seulement" 250 000 (voire graphique ci-dessous)

Ainsi, sur la journée du mardi 22 janvier, 216 937 premières doses ont et lieu et 459 742 deuxièmes doses. Au total, au 22 juin, 32 441 194 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin (soit 48,4 % de la population totale et 61,8 % de la population majeure) et 19 196 147 personnes sont complètement vaccinées.

Par classe d'âge, en France :

  • 74 % des + de 75 ans sont complètement vaccinés (83 % ont reçu au moins une dose)
  • 61 % des 60-74 ans sont complètement vaccinés (80 % ont reçu au moins une dose)
  • 35 % des 50-59 ans sont complètement vaccinés (66 % ont reçu au moins une dose)
  • 15 % des 18-49 ans sont complètement vaccinés (45 % ont reçu au moins une dose)

La circulation du virus très basse en France actuellement mais...


La vaccination ralentit et l'inquiétude monte avec la progression du variant Delta. Alors, pour l'instant, le nombre de nouveaux cas reste très bas en France. Environ 2000 nouveaux cas positifs par jour. C'est très peu. Mais au Royaume-Uni, par exemple, où le variant Delta est beaucoup plus présent actuellement, le nombre de nouveaux de cas est remonté à environ 10 000 par jour.

Un variant Delta plus contagieux et qui va forcément gagner du terrain dans l'Hexagone pendant l'été. "Le variant Delta représente 9 à 10 % des contaminations en France", expliquait le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, mercredi. Contre environ 4 % la semaine dernière. "Il y a une vigilance absolue" sur le variant Delta qui "doit nous préoccuper". "On voit ce qui se passe au Royaume-Uni, on voit que ça peut aller très vite", a-t-il ajouté.

"Il y a une menace mais on a une arme : la vaccination", lance Attal. "Ayez peur du virus mais n'ayez pas peur du vaccin", renchérit le Premier Ministre, Jean Castex.


Dans les Landes, le variant Delta (indien) représente 70 % des nouvelles contaminations


La situation est notamment inquiétante dans les Landes. "Ce variant indien représente près de 70 % des contaminations dans les Landes" a insisté mercredi Gabriel Attal. "La situation des Landes, il ne faudrait pas qu'elle préfigure le développement du variant Delta", a l'échelle national a ajouté le Premier ministre Jean Castex, en déplacement à Mont-de-Marsan, ce jeudi. "Nous allons déployer un plan d'action, une opération forte, pour les sept jours à venir" dans les Landes. "Si des circonstances locales le justifient, nous pourrions différer la levée des mesures d'allégement de jauge", a prévenu le Premier Ministre.

Lire aussi : Coronavirus : le variant Delta progresse en France, entre vigilance et inquiétude du gouvernement

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut