JEFF PACHOUD / AFP

Coronavirus : léger recul mais 14 % des contaminations dues à des variants dans la région

Dans son dernier bilan en date du 12 février, Santé publique France note un léger recul du coronavirus dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Les variants, eux, progressent, laissant planer la menace d'une envolée soudaine des contaminations.

La circulation du coronavirus semble stable cette première semaine de février dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. D'après le dernier bilan hebdomadaire de Santé publique France en date du 12 février, sur cette première semaine de février, la circulation du virus semble même en légère baisse dans la région. Le taux d'incidence régional est désormais de 211 cas pour 100 000 habitants, proche de la moyenne nationale. Le taux de positivité des tests est également en baisse et s'établit à 7,1 %, se rapprochant là aussi de la moyenne nationale. Les variants, en revanche, ont largement progressé depuis début janvier.

Taux d'incidence élevés dans l'Ain et en Ardèche

Alors que l'Est de la région avait été particulièrement touché pendant la deuxième vague, ce sont désormais les départements du centre et du Sud de la région, relativement épargnés jusque-là, qui prennent le virus de plein fouet. D'après les taux d'incidence enregistrés sur cette première semaine de février, le coronavirus circule le plus en Ardèche (260), dans l'Ain (242), le Rhône (234), la Drôme (238) et la Loire (217). Les autres départements enregistrent des taux d'incidence qui varient entre 143 en Savoie et 201 en Haute-Savoie. La situation est plus préoccupante dans l'Ain et en Ardèche, où les taux d'incidence atteignent respectivement 273 et 249 chez les plus de 65 ans. Toutefois, la tendance est à la stabilité voire à la baisse et ces chiffres restent pour le moment bien loin de ceux du Sud de la France, bien plus impacté.

Lire aussi : Coronavirus à Lyon : la circulation du virus en légère baisse dans la région, le point vendredi (graphique)

14 % des cas dus à des variants dans la région

Ce bulletin épidémiologique plutôt positif est à prendre avec des pincettes : si le pourcentage de positivité des tests n'augmente pas, la part de contaminations aux variants du coronavirus si. D'après une enquête bouclée fin janvier, Santé publique France note que dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, environ 14 % des cas de COVID-19 sont dus à des variants... Il s'agit en grande majorité du variant identifié au Royaume-Uni, mais aussi, dans une bien moindre proportion, de ceux identifiés en Afrique du Sud et au Brésil. Il faut souligner que ce pourcentage est en nette hausse par rapport à début janvier. A l'échelle nationale, les variants représentent actuellement environ 20 à 25 % des tests positifs d'après les déclarations du ministre de la Santé, Olivier Véran, lors du dernier point presse en date, ce jeudi 11 février. Dans les hôpitaux, la pression reste forte, de nouveaux malades venant occuper les lits sitôt libérés.

 

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut