@Antoine Merlet

Coronavirus à Lyon : les cas suspects augmentent encore chez SOS Médecins

Si la pression baisse à l'hôpital pour les cas les plus graves de COVID-19, SOS Médecins fait face à une augmentation des patients de son côté.

Depuis le 20 juillet, le masque est obligatoire dans les lieux publics clos. Une décision prise à cause de la conjonction de plusieurs signaux faibles qui laissent entrevoir que la circulation du virus est à nouveau plus active. Ainsi, si la pression baisse toujours à l'hôpital et en réanimation (lire ici), du côté de chez Médecins, elle augmente encore.

Du 13 au 19 juillet, en Auvergne-Rhône-Alpes, le taux d'actes médicaux SOS Médecins pour suspicion de COVID-19 était de 5,79 %, contre 5,49 % la semaine du 6 au 12 juillet. Du 22 et 28 juin, il n'était que de 2,48 %. Cette augmentation est encore plus visible dans le Rhône. Pour la semaine du 13 au 19 juillet, le taux est de 8,13 % (contre 7,36 %, la semaine précédente et  3,46 % fin juin).

Le taux de passage aux urgences pour suspicion augmentent lui aussi, même s'il reste toujours sur la barre des 1 %, (0,97 % pour le Rhône, 0,62 % en région, il restait sous les 0,60 % les semaines précédentes dans les deux cas).

Pour le moment, l'ensemble de ces signaux faibles qui marque une légère accélération du virus ne reflète pas l'arrivée d'une nouvelle forte vague. D'autres signaux restent stables, comme le taux de positivité des personnes testées, 0,7 % en région du 11 au 17 juillet, 0,9 % dans le Rhône. Les prochains jours seront donc importants à scruter pour voir si ces augmentations du côté de SOS Médecins se traduisent par un retour des cas graves à l'hôpital. Pour l'instant, ce n'est pas le cas.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut