Coronavirus à Lyon : la 2e vague déjà plus importante que la 1re (graphique)

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes a dépassé celui de la première vague ce week-end.

Selon les derniers bilans de Santé Publique France, le nombre de personnes malades du Covid-19 hospitalisés dans la région a dépassé ce week-end les niveaux atteints lors de la première vague dans la région. En effet, 3357 personnes sont actuellement prises en charge dans les hôpitaux d’Auvergne-Rhône-Alpes contre 3055 au plus fort du printemps. 

À l'inverse, la pression en réanimation semble pour le moment moins forte qu'en avril dernier puisque 427 malades du Covid-19 sont pris en charge actuellement dans ces services de soin intensif contre 783 lors de la première vague. 

Enfin 2355 personnes  ont perdu la vie à cause de ce coronavirus depuis le début de la crise sanitaire. Là aussi malgré les fortes hospitalisations, le nombre de décès progresse moins vite qu'au printemps. Depuis début septembre, un peu moins de 500 personnes ont perdu la vie à cause de la maladie dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Lors des deux premiers mois du printemps, plus de 1600 personnes étaient décédées du Covid-19.

3 commentaires
  1. FEFI - lun 26 Oct 20 à 11 h 43

    Mêmes elle elle sévère, On ne sait pas si la seconde vague est plus forte, il y a surtout beaucoup plus de testés, pas seulement les hospitalisés de la première...

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Jen Aimarre - lun 26 Oct 20 à 12 h 08

      Il y a peut être beaucoup plus de testés mais là, on parle des personnes hospitalisées, et elles sont plus nombreuse que lors de la première vague, quel que soit le nombre de testés...

      Modéré
    2. Abolition_de_la_monnaie - lun 26 Oct 20 à 12 h 22

      Arrêtez votre propagande anti confinement ou anti masque. Le chiffre des hospitalisations est claire, et on n'hospitalise pas pour "rien" mais parce que les personnes sont déjà "mal".
      Toutes les personnes, spécialistes sur le net etc qui ont dit "il n'y aura pas de deuxième vague" ou "le virus n'existe pas" se sont trompées. La grosse claque ne sera pas qu'économique même si tout est une fois de plus lié aux budgets, donc au fric, qui bride les connaissances réelles et pousse les plateformes vidéos et "socio" à promouvoir le conspirationnisme parce que ça rapporte du clic et des revenus publicitaires.

      Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut