@Antoine Merlet
Article payant

Comment les services de réanimation ont-ils affronté la crise ?

Plongée en immersion avec les soignants dans les salles de réanimation de la clinique lyonnaise de La Sauvegarde, dernier recours pour les patients les plus atteints.

“La réa, c’est le dernier rempart de la médecine.” Étienne Hautin, anesthésiste réanimateur, est le référent du service de réanimation de la clinique de La Sauvegarde, à Lyon sur la colline de La Duchère. L’établissement, entièrement réorganisé pendant les deux mois du pic d’épidémie lyonnais du coronavirus, a accueilli quarante-quatre patients atteints par la Covid-19. Quatre ne se sont jamais réveillés. Trop et si peu à la fois, comparé à certains services de réanimation où le taux de létalité atteignait des sommets diachroniques.

Il vous reste 89 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Faire défiler vers le haut