darne

Comment le Grand Lyon empruntera demain sans les banques

Le Grand Lyon s'associe aujourd'hui à la création de l'agence France locale, sorte de banque des collectivités locales. Elle permettra à la communauté urbaine d'accéder à la moitié de ses emprunts bancaires sans passer par un intermédiaire bancaire.

L'initiative remonte à 2010, dans le monde de l'après faillite de Lehman Brothers marqué par le tarissement de l'accès au crédit. Elle trouve encore plus d'acuité avec les emprunts toxiques et la crise des dettes souveraines. Le Grand Lyon s'associe aujourd'hui à la création de l'agence France locale. Permise par la loi du 26 juillet 2013 sur la séparation des activités bancaires, celle-ci est une sorte de banque des collectivités locales, émettant des obligations groupées sur les marchés financiers. La communauté urbaine va apporter 10,5 à 12 millions d'euros en fonds propres, prévoyant d'économiser cette somme en deux ou trois ans.

Le Grand Lyon prévoit d'y avoir recours pour 50% de ses emprunts (le maximum prévu dans les textes), lesquels s'élèvent au total à environ 200 millions d'euros chaque année. La communauté urbaine devrait économiser 0,2% de ses montants empruntés, grâce à des taux plus bas. Gérard Collomb pourrait accéder à la présidence, ou la vice-présidence du conseil d'administration de la société qui va rassembler les élus. Une autre société financière sera créée qui examinera les dossiers des collectivités. "L'objectif n'est pas de prendre toutes celles qui ne trouvent pas de crédit auprès des banques", prévient toutefois le vice-président aux Finances, Jacky Darne même s'il concède que l'Agence France locale fera preuve de "solidarité".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut